La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 2 mars 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2020-03-02

Tout d'abord, je vais partager quelques chiffres avec vous. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 1er mars, de 0 h à 24 h, 2 837 patients guéris sont sortis de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine, ce qui porte le nombre total de patients guéris à 44 462 au 1er mars à 24 h.

Depuis la semaine dernière, le taux de guérison des cas confirmés à Wuhan, dans le Hubei et dans l'ensemble du pays a continué d'augmenter. La proportion de patients sortis de l'hôpital après guérison a dépassé 50% en Chine, ce qui montre l'efficacité du traitement médical.

Après l'apparition de l'épidémie de pneumonie au nouveau coronavirus, la Chine, dont la population est unie comme un seul homme, a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus strictes et les plus énergiques. Grâce à ces efforts ardus, la situation évolue positivement et la reprise du développement économique et social s'accélère. Nous avons la confiance, la capacité et la détermination de gagner cette bataille contre l'épidémie. Dans le même temps, nous devons également nous rendre compte que la situation de prévention et de contrôle de l'épidémie est toujours grave et compliquée en Chine, avec une grande incertitude et une énorme pression de rebond. Nous travaillerons sans relâche pour mettre en œuvre toutes les mesures de prévention et de contrôle afin de consolider les résultats obtenus.

Q : Le 28 février, le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé que l'OMS avait augmenté son évaluation du risque de COVID-19 en termes de propagation et d'impact à un niveau très élevé à l'échelle mondiale. Quel est le commentaire de la Chine au sujet de la propagation du nouveau coronavirus à l'étranger ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. La Chine suit de près l'évolution de la situation épidémique à l'échelle mondiale. Nous nous rendons compte des difficultés que traversent certains pays dont la situation s'aggrave. Le virus est un défi commun à l'humanité qui appelle une réponse commune de la communauté internationale. Toujours fidèle à l'idée de communauté de destin pour l'humanité, la Chine mènera activement une coopération régionale et mondiale contre l'épidémie et participera de manière approfondie à la gouvernance internationale de la santé publique. Nous continuerons également à travailler en étroite collaboration avec l'OMS et à maintenir une communication étroite avec les pays concernés pour partager les expériences et coordonner les mesures de prévention et de contrôle dans un effort conjoint pour sauvegarder la sécurité sanitaire publique régionale et mondiale.

Q : Les États-Unis et les talibans afghans ont signé, le 29 février, heure locale, un accord de paix à Doha, au Qatar. Selon l'accord, les États-Unis retireront leurs troupes d'Afghanistan de manière progressive, et les talibans ont promis de ne pas protéger les terroristes. La signature de l'accord marque la fin, dans un proche avenir, d'une guerre ayant duré 18 ans en Afghanistan. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine se félicite de la signature de l'accord entre les États-Unis et les talibans, qui, selon nous, jouera un rôle positif dans la promotion d'un règlement politique de la question afghane. La Chine soutient fermement un processus de paix et de réconciliation large et inclusif qui est « conduit par les Afghans et pour les Afghans ». Nous espérons que l'accord entre les États-Unis et les talibans permettra à la graine de la paix de s'enraciner en Afghanistan. Les troupes étrangères en Afghanistan devraient être retirées de manière ordonnée et responsable pour réaliser une transition de la situation dans le pays dans d'heureuses conditions, éviter un vide sécuritaire et empêcher aux forces terroristes de gagner en puissance. Dans le même temps, la communauté internationale devrait continuer à soutenir le processus de reconstruction de la paix en Afghanistan et à y participer. La Chine appelle les talibans et les autres parties en Afghanistan à saisir cette occasion pour que les négociations en Afghanistan soient lancées dans les meilleurs délais afin qu'ils puissent élaborer ensemble des plans politiques et sécuritaires acceptables pour toutes les parties et contribuer en commun à la réalisation de la paix et de la stabilité durables en Afghanistan. La Chine est prête à travailler de concert avec la communauté internationale et à continuer d'apporter son soutien et son assistance au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan.

Q : Le porte-parole du Département d'État américain a exprimé, dans une récente déclaration, sa préoccupation concernant l'arrestation de Jimmy Lai et d'autres personnes par la police de Hong Kong. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Les États-Unis interviennent de manière flagrante dans la primauté du droit et l'indépendance judiciaire de Hong Kong et interfèrent grossièrement dans les affaires de Hong Kong sous prétexte des droits de l'homme et de la liberté. Nous en exprimons notre vif mécontentement et notre ferme opposition. Nous exhortons les États-Unis à respecter la primauté du droit et l'indépendance judiciaire de Hong Kong, à cesser de prêter leur appui aux éléments anti-chinois et aux semeurs de troubles à Hong Kong, à arrêter de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, y compris les affaires de Hong Kong, et à contribuer à la stabilité et à la prospérité de Hong Kong.

Q : Le jour même de la signature de l'accord de paix par les États-Unis et les talibans, le gouvernement afghan et l'administration américains ont publié une déclaration commune à Kaboul. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Le 29 février, le gouvernement afghan et la partie américaine ont signé une déclaration commune à Kaboul sur la conclusion de l'accord de paix américano-taliban. Étaient présents à la cérémonie des représentants de missions diplomatiques étrangères accréditées en Afghanistan, y compris de la Chine, et de certaines organisations internationales et régionales. La Chine soutient de manière constante et ferme le processus de paix et de réconciliation large et inclusif « conduit par les Afghans et pour les Afghans ». Nous aidons le gouvernement afghan, les talibans et d'autres parties afghanes à lancer les négociations entre Afghans dans les meilleurs délais et à les faire avancer. La Chine entend continuer, sur la base du respect de la volonté des différentes parties afghanes, à soutenir, offrir ses bons offices et faciliter le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, et à jouer un rôle constructif à cet égard.

Q : Ces derniers temps, les mesures de prévention et de contrôle à l'égard des étrangers qui entrent en Chine ont été renforcées dans différentes régions en Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Compte tenu des circonstances actuelles et selon les besoins de prévention et de contrôle de l'épidémie, les différentes régions de Chine prennent des mesures liées à l'inspection, à la mise en quarantaine et à la prévention et au contrôle après l'entrée en Chine des personnes venant des pays gravement touchés par l'épidémie, telles que la surveillance des températures corporelles, ou la mise en observation médicale à domicile ou centralisée. Ces pratiques, conformes aux lois et réglementations chinoises, sont non seulement nécessaires à la prévention et au contrôle de l'épidémie, mais peuvent également endiguer la propagation transfrontalière de l'épidémie, ce qui est favorable à la prévention et au contrôle de l'épidémie en Chine et à l'étranger.

En fonction de l'évolution de la situation épidémique, les autorités locales chinoises actualiseront les mesures de prévention et de contrôle pour les étrangers venant en Chine. Nous traitons les citoyens étrangers et chinois sur un pied d'égalité et appliquons les mesures correspondantes sans discrimination. Nous prendrons pleinement en compte les préoccupations raisonnables des personnes concernées et leur fournirons la protection et l'assistance nécessaires. Les mesures que la Chine a prises contre l'épidémie ont effectivement ralenti sa propagation, endigué la transmission interhumaine et ont été hautement reconnues par l'OMS.

Nous espérons que les étrangers venant des pays gravement touchés par l'épidémie pourront comprendre et appuyer les mesures prises par la Chine pour se prémunir contre les risques liés à l'épidémie et protéger leur santé et leur sécurité ainsi que celles des autres.

Q : Le directeur Yang Jiechi du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC a effectué une visite au Japon et a coprésidé avec la partie japonaise le 8e dialogue politique de haut niveau sino-japonais. La Chine et le Japon sont-ils parvenus à un consensus sur la visite du Président Xi Jinping au Japon ?

R : Pendant sa visite au Japon, le directeur Yang Jiechi a rencontré le Premier Ministre japonais Shinzo Abe. Il a coprésidé, avec le secrétaire général du Secrétariat à la sécurité nationale, Shigeru Kitamura, le 8e dialogue politique de haut niveau sino-japonais. Il a également rencontré le Ministre des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi. Les deux parties ont échangé des vues sur les relations bilatérales, les efforts conjoints contre l'épidémie du nouveau coronavirus et d'autres questions d'intérêt commun. Vous pouvez consulter le communiqué de presse que nous avons publié.

Je tiens à ajouter que les relations sino-japonaises maintiennent une bonne dynamique de développement. La Chine est prête à travailler avec le Japon pour mettre en œuvre le consensus important dégagé par les dirigeants des deux pays, se respecter mutuellement et rechercher un terrain d'entente tout en mettant de côté les divergences, et promouvoir conjointement les relations bilatérales adaptées aux demandes de la nouvelle ère. La visite d'État du Président Xi Jinping au Japon revêt une grande importance. La Chine souhaite rester en communication étroite avec le Japon pour créer des conditions favorables et une bonne ambiance de visite avec les meilleurs préparatifs sur tous les plans.

Face à l'épidémie, la Chine et le Japon s'entraident pour surmonter les difficultés, ce qui a donné une nouvelle force motrice à l'amitié entre les deux pays. La Chine restera en communication étroite avec le Japon et le reste de la communauté internationale pour partager les expériences, coordonner les mesures de prévention et de contrôle et protéger la santé et le bien-être des deux peuples et des peuples du monde entier.

Q : J'ai deux questions. Premièrement, « Foreign Correspondents' Club of China » (FCCC) a déclaré dans son rapport annuel que les conditions de travail des journalistes étrangers en Chine se sont détériorées. Quel est votre commentaire à ce sujet ? Deuxièmement, Australian Strategic Policy Institute a affirmé que la Chine transférait les Ouïghours des centres d'enseignement et de formation professionnels vers des usines pour qu'ils fassent du travail forcé. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Concernant votre première question, je dois souligner que nous n'avons jamais reconnu l'organisation que vous avez mentionnée. Il est si inapproprié et déraisonnable qu'elle prenne parti à un tel moment.

Nous saluons toujours la couverture objective et complète de la Chine par les médias étrangers et avons toujours soutenu et facilité leur travail conformément aux lois et règlements et selon l'usage international. Parallèlement, les bureaux permanents des médias étrangers et des correspondants étrangers en Chine doivent respecter les lois, règlements et décrets chinois, et respecter leur éthique professionnelle. C'est la même chose partout dans le monde.

Quant à votre deuxième question, l'allégation concernée est tout simplement sans fondement. L'institution a répandu maintes et maintes fois des idées absurdes sur les questions liées au Xinjiang pour suivre les forces anti-chinoises américaines et calomnier les efforts déployés par la Chine dans le Xinjiang visant à la lutte antiterroriste et à la déradicalisation.

Ces mesures prises conformément à la loi dans la région autonome du Xinjiang ont donné de bons résultats et obtenu l'approbation et le soutien de toutes les ethnies du Xinjiang. À présent, tous les stagiaires qui ont suivi une formation à la déradicalisation ont obtenu leur diplôme et ont trouvé un emploi stable avec l'aide du gouvernement et mènent une vie heureuse.

Je dois souligner que l'organisation que vous avez mentionnée, comme le révèle un article écrit par un Australien, est financée depuis longtemps par l'administration américaine et des marchands d'armes, et qu'elle travaille avec acharnement à préparer des sujets anti-chinois et à faire du tapage autour de ces sujets. Elle est tellement imprégnée de préjugés idéologiques qu'elle peut être qualifiée d'« avant-garde » dans la campagne anti-chinoise et son intégrité académique a été sérieusement remise en question.

Une fois de plus, nous exhortons certaines organisations et forces australiennes à cesser de faire du tapage autour des questions liées au Xinjiang. Nous espérons également que les médias resteront vigilants, sauront faire preuve de discernement, observeront scrupuleusement l'éthique professionnelle et feront leur travail sur la base de faits.

Q : Selon des reportages, la 53e session du Conseil arabe des Ministres de la Santé, réunie au siège de la Ligue arabe au Caire le 27 février, a publié une déclaration exprimant sa gratitude et son soutien à la lutte de la Chine contre l'épidémie de COVID-19. Comment la Chine y réagit-elle ?

R : La 53e session du Conseil arabe des Ministres de la Santé a fait une déclaration pour exprimer sa reconnaissance et son soutien aux efforts de la Chine pour lutter contre l'épidémie. Elle a fait l'éloge de l'esprit ouvert et transparent de la Chine dans la coopération, et des mesures prises conformément aux recommandations de l'OMS.

Depuis le début de l'épidémie, les pays arabes se sont mis fermement aux côtés de la Chine. Les dirigeants de plusieurs pays et le Secrétaire général de la Ligue arabe ont tous adressé des lettres ou des messages de soutien à la lutte menée par la Chine contre l'épidémie. Les gouvernements et les peuples de bon nombre de pays arabes nous ont offert leur assistance. Cela témoigne du haut niveau de l'amitié traditionnelle sino-arabe et de notre partenariat stratégique. À l'avenir, nous continuerons de travailler de concert avec les pays arabes et la communauté internationale pour renforcer la coopération, partager les expériences et contribuer à la cause mondiale de la santé publique planétaire.

Q : Nous avons noté que le nombre de cas confirmés d'infection et de décès a connu une importante augmentation en Iran, en Italie et dans d'autres pays. Le Conseiller d'État Wang Yi s'est entretenu par téléphone avec les Ministres des Affaires étrangères des deux pays susmentionnés ce week-end. Pouvez-vous nous en dire plus ? La Chine prévoit-elle de fournir une assistance à ces deux pays ?

R : Des communiqués de presse ont été publiés sur les entretiens téléphoniques du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi avec le Ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio et le Ministre iranien des Affaires étrangères Zarif.

Ce que je veux dire ici, c'est que, lorsque l'épidémie est apparue en Chine, l'Iran et l'Italie ont exprimé leur sympathie et leur soutien à la Chine, interprétant par leurs actions concrètes ce que signifie la solidarité en période de difficultés. Nous ne l'oublierons jamais.

Nous partageons les difficultés rencontrées par les populations italienne et iranienne en ce moment et leur exprimons notre sincère sympathie. Nous sommes prêts à apporter notre aide dans la mesure de nos possibilités pour la prévention et le contrôle de l'épidémie et le traitement médical en fonction des besoins des deux pays. D'après ce que je sais, la partie chinoise a fait don d'urgence de kits de détection d'acide nucléique et d'équipements médicaux à la partie iranienne. Une équipe de cinq experts de la Croix-Rouge chinoise est arrivée à Téhéran, capitale de l'Iran, le 29 février. Nous sommes prêts à renforcer la communication avec l'Italie dans les domaines professionnels et à échanger les expériences et le savoir-faire en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie.

Q : Récemment, certains passagers en provenance de Russie ou ayant transité par la Russie pour arriver en Chine ont contracté le COVID-19. La Chine a-t-elle immédiatement informé la Russie de cette situation ?

R : Selon les informations publiées par le poste de commandement de la prévention et du contrôle de l'épidémie des provinces et villes chinoises concernées, plusieurs patients atteints sont rentrés en Chine en changeant d'avion à Moscou. La Chine a immédiatement informé la Russie de cette situation dans un esprit ouvert, transparent et responsable. La Chine continuera de renforcer sa coopération en matière de prévention et de lutte avec la Russie et les autres pays du monde pour partager sans tarder les informations et relever ensemble le défi de l'épidémie.

Q : Selon le Ministère sud-coréen de la Défense, la Corée du Nord a tiré lundi un projectile non identifié. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Nous avons pris note des reportages à ce sujet. Dans les circonstances actuelles, la Chine appelle les parties concernées à faire preuve de flexibilité les unes envers les autres, à rechercher une solution par le dialogue et à œuvrer activement à la dénucléarisation et à la paix durable de la péninsule coréenne et de la région.

Q : Je sais que la Chine ne reconnaît pas l'organisation FCCC, mais son rapport est basé sur une enquête auprès de journalistes étrangers en Chine. Je veux savoir quelles recommandations le Ministère chinois des Affaires étrangères donne aux journalistes pour éviter la même situation au niveau du visa que les journalistes du Wall Street Journal.

R : J'ai déjà exprimé la position de la Chine à ce sujet. Ce qui est arrivé aux correspondants du Wall Street Journal n'est qu'un cas particulier. Le journal devrait en tirer des leçons. Plus de 600 correspondants étrangers travaillent en Chine. Tant qu'ils respectent les lois chinoises et mènent leur couverture dans les limites des lois et règlements, ils n'ont aucune raison de s'inquiéter.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]