La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 13 mars 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

2020-03-13

Je voudrais vous communiquer les derniers chiffres. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 12 mars entre 00h00 et 24h00, 1 318 patients sont sortis guéris de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine. Le 12 mars à minuit, 64 111 guérisons ont été signalées au total dans la partie continentale de la Chine.

Q : La deuxième réunion des coordinateurs du sommet du G20 à Riyad s'est tenue hier, aboutissant à la publication d'une déclaration sur le COVID-19. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Le COVID-19 est maintenant une pandémie. En tant que principal forum international de coopération économique et mécanisme de réponse aux crises mondiales majeures, le G20 revêt une importance particulière pour le renforcement de la coopération internationale et de la réponse à la pandémie. Sur la base de la récente déclaration des Ministres des Finances et des Gouverneurs des banques centrales du G20, les coordinateurs du G20 ont mené activement la communication et la coordination et ont dégagé un terrain d'entente par-delà les divergences, en envoyant à nouveau un signal fort de solidarité et de coopération au monde. Cela contribuera à renforcer la confiance du marché et à conjuguer les efforts contre l'épidémie, et revêtira une signification positive.

La Chine a joué un rôle actif dans la rédaction et la publication de la déclaration. Je voudrais souligner ici ce qui suit.

Premièrement, comme la pandémie ne connaît pas de frontières, le seul bon choix pour la communauté internationale est de faire des efforts concertés. Aucun pays ne peut se tenir à l'écart de la propagation du virus. C'est seulement en nous en tenant au multilatéralisme et à la vision de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité et en restant étroitement solidaires que nous pourrons surmonter les difficultés. Nous devons injecter une énergie positive dans la coopération mondiale en nous opposant à l'unilatéralisme, à la désignation de boucs émissaires et à la stigmatisation.

Deuxièmement, nous soutenons le G20 pour diriger une fois de plus les efforts internationaux contre la pandémie. Nous devons utiliser tous les outils de politique budgétaire, monétaire et structurelle nécessaires pour coordonner les politiques macroéconomiques, tant du côté de la demande que de l'offre, afin de promouvoir une croissance forte, équilibrée, durable et inclusive de l'économie mondiale.

Troisièmement, nous préservons fermement une économie mondiale ouverte. Les mesures prises par les divers pays en réponse au COVID-19 auront inévitablement un impact sur le commerce et les investissements, mais nous devons faire de notre mieux pour atténuer les tensions dans le commerce international, supprimer les droits de douane unilatéraux et protéger conjointement les chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales contre les perturbations.

Par le biais du G20 et d'autres plateformes multilatérales, la Chine continuera de travailler avec la communauté internationale pour lutter contre les épidémies. Avec les efforts conjoints de tous les pays, nous remporterons certainement la victoire finale.

Q : Certains disent que ce pourrait être l'armée américaine qui a amené l'épidémie à Wuhan. Comment commentez-vous cela ?

R : Ces derniers jours, nous avons remarqué de nombreuses discussions sur l'origine du COVID-19. Certains hauts fonctionnaires et membres du Congrès des Etats-Unis en ont profité pour faire des commentaires infondés et irresponsables afin de salir et d'attaquer la Chine. Nous nous opposons fermement à cela.

En fait, il existe différentes opinions au sein de la communauté internationale, y compris aux Etats-Unis, sur l'origine du virus. La Chine pense toujours qu'il s'agit d'une question de science qui nécessite une évaluation professionnelle et scientifique.

Q : Nous avons vu des reportages selon lesquels Beijing a annoncé un don de fournitures pour aider Séoul, Tokyo, Yokohama et Téhéran à combattre le COVID-19. Savez-vous quand les fournitures seront livrées ?

R : Hier, des responsables du Bureau des Affaires étrangères de la municipalité de Beijing ont annoncé ce don lors d'une conférence de presse sur la prévention et le contrôle de l'épidémie.

D'après ce que je sais, ces derniers temps, la municipalité de Beijing a été en communication étroite avec des villes jumelées comme Séoul, Tokyo, Yokohama et Téhéran, sur la lutte contre le COVID-19. A l'heure actuelle, ces villes sont confrontées à un grand défi en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie, avec un approvisionnement insuffisant s'agissant de certains matériels de prévention et de contrôle. La municipalité de Beijing comprend leurs difficultés. Elle a décidé de faire don de fournitures à ces quatre villes pour contribuer à leur lutte contre l'épidémie, tout en répondant à ses propres besoins de lutte contre le virus. Comme nous l'avons appris de la municipalité de Beijing, les fournitures pour Téhéran ont été livrées par le biais de l'Ambassade d'Iran en Chine, et les dons pour les autres villes seront bientôt envoyés.

Je voudrais souligner que le virus est l'ennemi commun de l'humanité et que la pandémie ne connaît pas de frontières. Le don de fournitures de prévention et de contrôle par la municipalité de Beijing est une incarnation de l'aide fournie par les gouvernements locaux chinois à des villes étrangères. Récemment, les gouvernements locaux de Shanghai, du Shandong, du Zhejiang, du Jiangxi, du Jilin, de l'Anhui, du Jiangsu et du Henan ont également fourni un soutien matériel pour la prévention et le contrôle de l'épidémie à des pays étrangers via leurs villes sœurs. La Chine est prête à fournir une assistance dans la limite de ses moyens aux pays dans le besoin, tout en déployant tous les efforts possibles pour lutter contre l'épidémie dans le pays.

Q : Nous avons appris que la Chine et la République de Corée ont établi aujourd'hui un mécanisme de coopération pour la prévention et le contrôle conjoints du COVID-19, et que sa première vidéoconférence a eu lieu. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Ce matin, le mécanisme de coopération Chine-République de Corée sur la prévention et le contrôle conjoints du COVID-19 a été officiellement mis en place et a tenu sa première vidéoconférence. La partie chinoise a publié un communiqué de presse.

L'épidémie de COVID-19 est un grave défi auquel la communauté internationale est confrontée. Depuis le début de l'épidémie, la Chine et la République de Corée, en tant que voisins proches partageant heurs et malheurs, se sont témoignées mutuellement solidarité et se sont sincèrement entraidées, ce qui démontre pleinement les sentiments amicaux d'entraide et de solidarité. Tout en menant à bien la prévention et le contrôle de l'épidémie sur leur territoire, les deux pays ont renforcé les échanges et la coopération entre les départements et adopté une série de mesures efficaces de prévention et de contrôle conjoints. Sur cette base, la Chine et la République de Corée ont établi un mécanisme de coopération pour la prévention et le contrôle conjoints, en réponse aux derniers développements du COVID-19 dans les deux pays et au-delà, ce qui est très opportun et nécessaire. Il s'agit non seulement d'une mesure positive pour mettre en œuvre l'important consensus atteint par les deux chefs d'Etat, mais cela sert également de référence pour que d'autres pays unissent leurs forces afin de lutter contre l'épidémie.

La première réunion du mécanisme, tenue ce matin, a été efficace et pragmatique. Les deux parties ont apprécié la riposte à l'épidémie dans les deux pays, ainsi que les échanges et la coopération entre leurs départements correspondants pendant la période précédente, et ont discuté des priorités et des mesures spécifiques pour renforcer les efforts conjoints de prévention et de contrôle à la prochaine étape. Les deux parties sont parvenues à un large consensus sur la réduction des mouvements non nécessaires de personnel, un contrôle aux frontières plus strict sur « quatre types de personnes » (cas confirmés, cas suspects, personnes en contact étroit avec les deux premiers et personnes ayant de la fièvre), l'échange des directives de prévention et de contrôle ainsi que des technologies de diagnostic et de traitement, et le fait de prendre soin, de façon réciproque, des ressortissants de l'autre partie, y compris les étudiants internationaux. Nous espérons que les deux parties pourront mettre en valeur ce mécanisme et les canaux entre les départements correspondants pour renforcer davantage la communication et la coordination dans les efforts conjoints de prévention et de contrôle, afin de vaincre l'épidémie le plus tôt possible, d'améliorer la santé et le bien-être des deux peuples, et de maintenir et promouvoir les échanges et la coopération bilatéraux.

Q : Est-ce la position du gouvernement chinois que ce pourrait être l'armée américaine qui ait apporté l'épidémie à Wuhan ?

R : J'ai présenté la position de la Chine plus tôt.

Il existe différentes opinions au sein de la communauté internationale, y compris aux Etats-Unis, sur l'origine du virus. La Chine pense toujours qu'il s'agit d'une question de science qui nécessite une évaluation professionnelle et scientifique.

Q : Le président vénézuélien Maduro a déclaré le 12 mars que les sanctions américaines avaient gravement affecté les efforts de prévention de l'épidémie dans le pays, demandant aux Etats-Unis de lever immédiatement leurs sanctions injustes et illégales. Le même jour, cependant, le Département américain du Trésor a annoncé sa décision de sanctionner TNK Trading International, filiale d'une compagnie pétrolière russe qui fait commerce de pétrole avec le Venezuela. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Chacun sait que les sanctions américaines contre le Venezuela ont gravement détérioré l'économie du pays et la vie des populations, provoquant des problèmes saillants tels que des difficultés d'accès aux services médicaux pour le peuple vénézuélien. En ce moment critique où les gouvernements et les peuples des divers pays luttent contre la pandémie, les Etats-Unis poursuivent obstinément leurs sanctions contre le Venezuela, ce qui va à l'encontre de l'esprit humanitaire fondamental.

La Chine appelle toujours à un règlement pacifique de la question du Venezuela par le biais du dialogue dès que possible, ainsi qu'à la création des conditions pour le développement normal du pays. Nous nous opposons à l'ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, aux sanctions unilatérales et à la soi-disant « juridiction au bras long ». Nous appelons les Etats-Unis à se joindre aux efforts internationaux, à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures du Venezuela et à lever les sanctions unilatérales le plus tôt possible, afin de contribuer à la paix, à la stabilité et au développement du Venezuela.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]