La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 20 mars 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

2020-03-20

Je voudrais tout d'abord vous communiquer les derniers chiffres. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 19 mars entre 00h00 et 24h00, 730 patients sont sortis guéris de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine. Le 19 mars à minuit, 71 150 guérisons ont été signalées au total dans la partie continentale de la Chine.

La Chine et les pays d'Amérique latine et des Caraïbes tiendront une visioconférence sur le COVID-19 le mardi 24 mars prochain. Des fonctionnaires du Ministère chinois des Affaires étrangères et de la Commission nationale de la Santé et des experts chinois dans les domaines de la lutte contre les maladies, du traitement clinique, de l'aviation civile, des douanes et de la quarantaine communautaire partageront des informations sur la lutte contre le COVID-19 et des expériences en matière de prévention et de contrôle avec des fonctionnaires et des spécialistes de la santé des pays d'Amérique latine et des Caraïbes.

Depuis l'apparition de l'épidémie, agissant de manière ouverte, transparente et responsable, la Chine partage les informations et les derniers développements avec l'OMS et la communauté internationale et coopère avec d'autres pays et régions. Les gouvernements et les peuples des pays d'Amérique latine et des Caraïbes ont exprimé leur soutien et offert leur aide par divers moyens à la lutte du gouvernement et du peuple chinois contre l'épidémie. Nous les en remercions.

Le COVID-19 se propage maintenant à travers le monde. Tous les pays doivent renforcer la communication et la coordination et intensifier la coopération internationale en matière de prévention et de contrôle. Nous accordons une grande attention aux défis auxquels sont confrontés les pays d'Amérique latine et des Caraïbes dans la prévention et le contrôle de l'épidémie. A la lumière de la vision de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité, nous continuerons d'aider les pays de cette région dans la limite de nos moyens. La Chine continuera de travailler avec d'autres pays pour relever les défis et préserver la sécurité sanitaire publique régionale et mondiale.

Q : Une photo parue dans la presse montre que sur des notes de discours du Président américain Trump, préparées pour sa conférence de presse du 18 mars, les caractères « corona » dans le mot « coronavirus » ont été barrés et remplacés par le mot « chinois » manuscrit. Il a déclaré lors de la conférence de presse qu'il s'agissait d'une guerre contre le « virus chinois ». Ce qui, selon lui, n'est pas du tout raciste. Selon lui, le virus vient de Chine. « La partie chinoise aurait pu nous informer plus tôt, et cela aurait été utile si nous l'avions su plus tôt. » Certains fonctionnaires américains ont également déclaré que la Chine manquait d'ouverture et de transparence dans le partage des informations sur l'épidémie, ce qui a retardé la riposte américaine à l'épidémie. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Récemment, certains aux Etats-Unis ont délibérément associé le nouveau coronavirus à la Chine et stigmatisé la Chine sans arrêt. Nous sommes vivement indignés et nous nous opposons fermement à cela. Leurs affirmations selon lesquelles la Chine manquerait d'ouverture et de transparence faussent les faits en confondant le noir et le blanc.

Ici, je voudrais souligner ce qui suit :

Premièrement, l'origine du nouveau coronavirus est une question scientifique qui nécessite une évaluation professionnelle et scientifique. L'OMS et la communauté internationale sont parvenues à un consensus clair pour rejeter la stigmatisation en associant le virus à des pays et régions spécifiques.

Deuxièmement, depuis l'apparition de l'épidémie, la Chine a adopté en temps opportun les mesures les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus approfondies, et nous avons globalement maîtrisé l'épidémie en peu de temps. Le peuple chinois a fait de grands sacrifices et apporté des contributions importantes à la sécurité de la santé publique mondiale ainsi qu'à la santé et à la sécurité de l'humanité. L'attitude ouverte, transparente et responsable de la Chine et sa participation active à la coopération internationale en matière de lutte contre l'épidémie ont été pleinement reconnues, hautement appréciées et largement saluées par la communauté internationale.

Troisièmement, la Chine a tenu les Etats-Unis informés de la situation depuis le début de l'épidémie. Les deux parties ont maintenu une communication étroite. Je voudrais prendre quelques instants pour entrer dans les détails, et j'espère que les Etats-Unis y prêteront attention.

Depuis le 3 janvier, la Chine informe régulièrement la partie américaine de l'évolution de l'épidémie et des mesures de prévention et de contrôle.

Le 4 janvier, les responsables des centres chinois et américain de contrôle et de prévention des maladies ont eu une conversation téléphonique. La partie chinoise a communiqué la situation. Les deux parties sont convenues de maintenir une communication étroite sur le partage d'informations et la coopération technique.

Le 25 janvier, le Président Trump a tweeté que la Chine avait travaillé très dur pour contenir le nouveau coronavirus. Les Etats-Unis apprécient beaucoup les efforts et la transparence de la Chine.

Le 27 janvier, les responsables des départements de la santé de la Chine et des Etats-Unis ont eu une conversation téléphonique. La partie américaine a apprécié la transparence du gouvernement chinois dans la prévention et le contrôle de l'épidémie, ainsi que la coopération bilatérale en cours dans le secteur de la santé.

Le 29 janvier, la Commission nationale de la Santé de la Chine a informé les Etats-Unis par les canaux officiels qu'ils étaient les bienvenus pour rejoindre la mission conjointe Chine-OMS sur le COVID-19. La partie américaine y a répondu et a exprimé ses remerciements le même jour.

Le 7 février, les présidents chinois et américain se sont entretenus par téléphone. Le Président Trump a fait des commentaires positifs sur la réponse de la Chine à l'épidémie. Il a tweeté le même jour : des mesures de rigueur sont mises en place en Chine, ce sera une opération très réussie et les Etats-Unis collaborent étroitement avec la Chine.

Le 8 février, les responsables des départements de la santé des deux pays ont eu une autre discussion sur les dispositions concernant la participation d'experts américains à la mission conjointe Chine-OMS.

Le 11 février, les responsables des centres chinois et américain de contrôle et de prévention des maladies ont discuté des questions techniques en épidémiologie ainsi que des stratégies de prévention et de contrôle.

Du 16 au 24 février, la mission conjointe Chine-OMS, comportant deux experts américains, a effectué une enquête de terrain de neuf jours en Chine et a pleinement reconnu et hautement apprécié les mesures de prévention et de contrôle de la Chine. Ils ont spécifiquement souligné que la Chine a joué un rôle essentiel dans la protection de la communauté internationale, car les mesures chinoises ont permis de gagner un temps précieux et de fournir une expérience précieuse pour tous.

Le 12 mars, l'Ambassade des Etats-Unis en Chine a assisté sur invitation à un briefing sur l'expérience de la Chine en matière de prévention et de traitement du COVID-19, organisé conjointement par la Commission nationale de la Santé de la Chine et l'OMS.

Le 13 mars, le Président Trump a déclaré aux journalistes que les données partagées par la Chine étaient utiles aux efforts américains contre l'épidémie.

A en juger par les faits ci-dessus, il est parfaitement clair que, depuis plus de deux mois, la partie chinoise a fourni des informations en temps opportun et a mené une coopération technologique avec la partie américaine. Le peuple chinois, uni comme un seul homme, a fait tout son possible pour combattre le COVID-19. Nos efforts ont permis au monde entier de gagner un temps précieux pour riposter à l'épidémie. Malheureusement, de nombreux médias et experts américains estiment que ce temps précieux a été gâché et gaspillé par la partie américaine.

Enfin, je voudrais souligner que certaines personnes de la partie américaine tentent de stigmatiser les efforts de la Chine contre le COVID-19 pour tenter de se soustraire à leurs responsabilités. Elles ignorent les immenses sacrifices faits par le peuple chinois pour protéger la santé et la sécurité de l'humanité tout entière, et diffament les contributions importantes de la Chine à la sécurité de la santé publique mondiale. Leurs démarches vont à l'encontre des conseils professionnels de l'OMS et des attentes et efforts de la communauté internationale pour lutter ensemble contre la pandémie. Nous espérons que la partie américaine respectera les faits et le consensus international, mènera à bien ses propres affaires, cessera d'agir comme bon lui semble et cessera de calomnier les autres et de rejeter ses responsabilités. Elle doit jouer un rôle constructif dans le renforcement de la coopération internationale en matière de lutte contre le COVID-19, ainsi que dans la sauvegarde de la sécurité sanitaire publique internationale.

Q : Vous avez dit avant-hier que la Chine avait fourni une assistance matérielle à des dizaines de pays. Pourriez-vous nous dire exactement combien de pays et quel type d'assistance ?

R : J'ai dit avant-hier que nous n'oublierons jamais le soutien politique et les dons en matériels que nous avait offerts la communauté internationale au plus fort de l'épidémie en Chine. Maintenant, nous tendons également la main aux pays touchés pour les aider dans quatre aspects. Premièrement, l'assistance intergouvernementale. Le gouvernement chinois a annoncé une assistance à 82 pays, à l'OMS et à l'UA. L'assistance comprend des réactifs de test, des masques et des combinaisons de protection. De nombreux lots de ces fournitures ont été livrés aux bénéficiaires. Deuxièmement, la coopération en matière de technologie médicale. Nous avons partagé notre expérience de traitement avec le reste du monde, organisé des visioconférences avec des experts de la santé de nombreux pays et organisations internationales, et envoyé des équipes d'experts médicaux en Iran, en Irak et en Italie. Troisièmement, l'assistance des gouvernements locaux. Les gouvernements locaux de la Chine ont fait don de fournitures à des villes de la République de Corée, du Japon et de l'Italie. Quatrièmement, l'assistance non gouvernementale. Les entreprises et les organisations civiles chinoises font également des dons aux pays touchés.

J'aimerais vous donner quelques exemples.

Le premier exemple est la République de Corée. La République de Corée figure parmi le premier groupe de pays à avoir fait don de grandes quantités de fournitures à la Chine. Je me souviens d'un slogan sur le mur de l'Ambassade de République de Corée en Chine, qui disait « Les difficultés de la Chine sont les nôtres ». Après l'aggravation de la situation épidémique en République de Corée, le gouvernement chinois lui a fourni des fournitures médicales telles que des masques et des combinaisons de protection. Plus de 20 gouvernements locaux de la Chine ont fait don de masques, de combinaisons de protection, de lunettes de protection, de réactifs de test, de thermomètres et d'autres fournitures notamment à Séoul, à Daegu et au Gyeongsang du Nord, via les villes jumelées.

Le deuxième exemple est le Pakistan. Un avion spécial pakistanais est arrivé en Chine le 1er février, apportant des fournitures médicales précieuses, alors que la situation de pénurie de fournitures médicales était la plus grave en Chine. Après l'apparition de cas de COVID-19 au Pakistan, le gouvernement chinois a immédiatement réagi et fourni des kits de test, des masques, des combinaisons de protection et d'autres matériels. Nous aidons également le Pakistan à construire un hôpital d'isolement. Des provinces et des villes chinoises ont également fait don de masques à Islamabad et à Karachi.

Le troisième exemple est l'Italie. L'Italie a fourni un soutien politique et matériel à la lutte de la Chine contre le COVID-19. Après l'aggravation de la situation épidémique en Italie, le gouvernement chinois et un certain nombre de gouvernements locaux ont fait don de fournitures médicales à l'Italie. Nous avons envoyé deux groupes d'experts médicaux et nous allons en envoyer un troisième. Je viens d'apprendre que le Fonds de la Route de la Soie de la Chine a décidé de faire don de 20 000 masques N95 et 20 000 kits de test à l'Agence italienne de protection civile et au gouvernement de la région de Lombardie. Le premier lot de fournitures est arrivé en Italie.

De nombreux dons de la Chine comportent des messages écrits sur l'emballage. Certains sont d'anciens dictons chinois, comme « Notre amitié transcende la distance et se révèle plus résistante que le granit ». Certains sont des vers coréens, comme « Nous aspirons au même idéal, nous sommes tous des citoyens du monde ». Certains sont des citations de philosophes italiens, comme « Nous sommes des vagues de la même mer, des feuilles sur le même arbre, des fleurs dans le même jardin ». Ces messages démontrent l'aspiration du peuple chinois à coopérer avec d'autres pays dans la lutte contre le COVID-19 et à construire conjointement une communauté de destin pour l'humanité.

Q : Nous avons vu que les Ministres des Affaires étrangères de la Chine, du Japon et de la République de Corée ont organisé une visioconférence spéciale ce matin, qui est la première réunion des Ministres des Affaires étrangères sur la prévention et le contrôle du COVID-19 entre les trois pays. Pourriez-vous nous donner plus de détails sur la réunion ? Comment voyez-vous ses résultats ?

R : Une visioconférence spéciale sur le COVID-19 a eu lieu ce matin entre les Ministres des Affaires étrangères de la Chine, du Japon et de la République de Corée. Les trois Ministres des Affaires étrangères ont procédé à un échange de vues approfondi et sont parvenus à un consensus important sur la réponse commune au COVID-19 et la promotion de la coopération pragmatique entre les trois pays. Cette réunion montre notre détermination et notre volonté d'agir en synergie pour répondre aux grands défis mondiaux et de maintenir une coopération et des échanges normaux. Le consensus atteint peut être résumé comme suit.

Premièrement, la prévention et le contrôle conjoints des épidémies. Les trois pays conviennent d'étudier la possibilité de renforcer les efforts conjoints de prévention et de contrôle pour endiguer la propagation transfrontalière du virus. A cette fin, nous explorerons l'élaboration d'orientations concertées pour les voyageurs.

Deuxièmement, la coordination des politiques. Les trois pays conviennent de renforcer la communication et la coordination des politiques afin de réduire l'impact du COVID-19 sur la coopération économique et commerciale et les échanges entre les peuples, et de stabiliser nos chaînes industrielles et d'approvisionnement.

Troisièmement, la communication et la coopération. La Chine, le Japon et la République de Corée soutiennent une meilleure communication entre les départements de la santé, de la science et de la technologie ainsi que du commerce pour se communiquer les informations sur le COVID-19, coopérer dans la recherche et le développement de médicaments et de vaccins et maintenir la coordination sur l'importation et l'exportation de fournitures médicales. Les trois pays conviennent de tenir une réunion trilatérale des Ministres de la Santé dès que possible pour renforcer le partage d'informations et les échanges sur le COVID-19 afin de préserver conjointement la sécurité sanitaire publique régionale.

Par ailleurs, les trois pays conviennent également d'intensifier leur coopération avec la communauté internationale et de contribuer activement à la lutte mondiale contre la pandémie.

En tant que voisins proches, face à la pandémie, la Chine, le Japon et la République de Corée forment une communauté de destin. Depuis l'apparition de l'épidémie, nous nous soutenons et nous nous entraidons dans la prévention et le contrôle de l'épidémie, et il y a eu de nombreux moments d'entraide touchants. Nous sommes convaincus que nos efforts collectifs dans la lutte contre la pandémie se transformeront en une impulsion majeure pour développer l'amitié traditionnelle et approfondir la coopération pragmatique. La Chine travaillera avec le Japon et la République de Corée pour maintenir une communication étroite, partager notre expérience et coordonner nos mesures de prévention et de contrôle. Ensemble, nous remporterons la victoire finale contre le COVID-19 et contribuerons à la sécurité sanitaire publique régionale et mondiale.

Au fait, c'est aujourd'hui l'équinoxe de printemps de cette année, qui est une journée spéciale dans le calendrier traditionnel de nos trois pays. Je crois que le printemps est déjà dans l'air dans de nombreux endroits des trois pays et que l'ombre de la pandémie finira par être chassée par le soleil chaud et la brise printanière.

Q : Récemment, les Etats-Unis ont déclaré à maintes reprises que les cinq médias chinois soumis à des restrictions dans le pays étaient des institutions de propagande du PCC sous le contrôle du gouvernement chinois, et non des médias véritablement indépendants, tandis que les médias américains contre lesquels la Chine a pris des contre-mesures sont de vrais médias. Par conséquent, ils estiment qu'il n'y a aucune réciprocité. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Une telle déclaration de la partie américaine a pleinement mis à nu leurs préjugés idéologiques profondément ancrés.

Depuis le tout premier jour où la Chine et les Etats-Unis ont établi des relations diplomatiques, les Etats-Unis savent clairement que la Chine est un pays socialiste dirigé par le PCC. Depuis le tout premier jour où les médias chinois ont établi des bureaux aux Etats-Unis, les Etats-Unis sont bien conscients de la nature des médias chinois. Plus de quatre décennies se sont écoulées, la direction du PCC reste la marque essentielle du socialisme à la chinoise, et la nature des médias chinois reste inchangée.

Alors, pourquoi les Etats-Unis ont-ils récemment parlé du PCC dans toutes leurs déclarations et essayé de semer la discorde entre le PCC et le peuple chinois ? Pourquoi font-ils un battage au sujet de la nature des médias chinois et prennent-ils cela comme prétexte pour opprimer les médias chinois aux Etats-Unis et exclure de facto des journalistes chinois ?

Chaque pays a ses propres conditions nationales, donc différentes façons de gérer et d'exploiter les médias. Qu'est-ce qui fait croire aux Etats-Unis qu'ils peuvent juger les médias d'autres pays selon leurs propres critères et sur la base de leur propre idéologie ? Qu'est-ce qui fait croire aux Etats-Unis qu'ils peuvent arbitrairement apposer des étiquettes sur les médias chinois pour les stigmatiser et les opprimer ?

La Chine n'a pas l'intention de changer le système politique américain, et nous espérons que les Etats-Unis respecteront également notre système politique. Si les Etats-Unis croient en la supériorité de leur système et le triomphe final de la démocratie et de la liberté de l'Occident comme ils le prétendent, pourquoi craignent-ils le PCC et les médias chinois ?

Nous espérons que les Etats-Unis réfléchiront sur tous leurs agissements, élimineront leur « virus politique » de préjugés idéologiques et cesseront de diffamer le PCC et les médias chinois.

Q : Le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré dans une interview le 18 mars qu'au lieu de contenir le virus, le gouvernement chinois a censuré les informations et expulsé les journalistes américains. Certains fonctionnaires américains ont également déclaré à maintes reprises que la réponse de la Chine à l'épidémie n'était ni ouverte ni transparente, et que la Chine avait expulsé les journalistes américains pour empêcher le monde extérieur d'obtenir de véritables informations sur l'épidémie. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : J'ai répondu à de nombreuses questions similaires ces derniers jours.

Je voudrais réitérer que les mesures prises par la partie chinoise contre les médias américains sont toutes des contre-mesures nécessaires en réponse à l'oppression déraisonnable que subissent les médias chinois aux Etats-Unis. Elles constituent une défense légitime et justifiée tous azimuts. L'affirmation selon laquelle les contre-mesures de la Chine seraient une tentative d'entraver l'accès aux informations sur l'épidémie est une pure affabulation avec des arrière-pensées.

Selon cette logique, l'expulsion américaine de 60 journalistes chinois était-elle une tentative d'entraver l'accès aux informations sur l'épidémie aux Etats-Unis ? Les Etats-Unis avaient-ils prévu que l'épidémie se propagerait dans le pays un mois plus tard et craint que les médias chinois ne dévoilent la situation ? Quel est le dessein inavouable que recèle l'expulsion américaine de journalistes chinois ? Essayent-ils de cacher quoi que ce soit ?

Depuis l'apparition de l'épidémie, nous avons tous été témoins de l'efficacité et de la transparence des Etats-Unis dans la réponse à l'épidémie et la révélation d'informations. De nombreux Américains, médias américains et personnalités clairvoyantes de la communauté internationale ont mis en cause la lenteur des Etats-Unis dans leur réponse à l'épidémie et leur communication confuse au public.

Les Etats-Unis inviteront-ils l'OMS à visiter le pays tout comme la Chine l'a fait, si leur réponse est aussi ouverte et transparente qu'ils le prétendent ? Répondront-ils aux doutes de la communauté internationale ?

Je voudrais souligner que, depuis l'apparition de l'épidémie, la Chine a adopté les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus approfondies, de manière ouverte, transparente et responsable. De telles mesures ont donné des résultats remarquables, ont permis au monde de gagner un temps précieux et ont apporté des contributions importantes à la lutte mondiale contre l'épidémie. Nos efforts ont été pleinement reconnus, hautement appréciés et largement salués par la communauté internationale.

Si je m'en souviens bien, le dirigeant américain a salué les efforts de la Chine à maintes reprises. Le 25 janvier, le Président Trump a tweeté que la Chine avait travaillé très dur pour contenir le nouveau coronavirus et que les Etats-Unis appréciaient beaucoup les efforts et la transparence de la Chine. Le 13 mars, il a déclaré aux journalistes que les données partagées par la Chine étaient utiles aux efforts américains contre l'épidémie. Ces propos sont encore frais dans notre mémoire. Je me demande pourquoi les Etats-Unis ont soudainement changé de ton et se sont retournés contre nous.

Face au COVID-19, la partie américaine tente de rejeter ses responsabilités. Une telle tentative n'aidera en rien à prévenir et à contrôler l'épidémie aux Etats-Unis. Elle ne contribuera pas non plus à promouvoir la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie.

Q : Un parlementaire brésilien a accusé la Chine mardi d'avoir dissimulé des informations sur la propagation du nouveau coronavirus. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Depuis l'apparition du COVID-19, la Chine a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus approfondies, de manière ouverte, transparente et responsable. Elle communique en temps opportun les informations sur l'épidémie à l'OMS et à d'autres pays et régions, partage la séquence génétique du virus, mène une coopération médicale et partage son expérience en matière de diagnostic et de traitement avec les divers pays, comme le Brésil. Le monde est déjà parvenu à un consensus clair et juste sur le fait que la contribution de la Chine a permis à la communauté internationale de gagner un temps précieux pour se préparer au mieux. Il est immoral et irresponsable de calomnier les efforts du gouvernement et du peuple chinois. Les calomnies ne seront pas non plus utiles à la coopération internationale dans la prévention et le contrôle de l'épidémie.

Nous nous opposons à toute tentative de stigmatiser et de calomnier notre pays.

Q : Selon les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, les membres de l'ONU devaient renvoyer les travailleurs de la RPDC avant le 22 décembre de l'année dernière et déposer des rapports au Conseil de sécurité sur les résultats du rapatriement avant le 22 mars de cette année. La Chine a-t-elle renvoyé tous les travailleurs de la RPDC en Chine ? Et la Chine a-t-elle déposé le rapport ?

R : Comme toujours, la Chine applique strictement et pleinement les résolutions du Conseil de sécurité liées à la RPDC et remplit ses obligations internationales.

Q : Certains chercheurs occidentaux ont déclaré que les produits achetés en Chine étaient porteurs du nouveau coronavirus. Il y a également des allégations selon lesquelles les produits fabriqués en Chine seraient porteurs du coronavirus et devraient donc être rejetés. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Depuis l'apparition de l'épidémie, nous avons vu certaines personnes agir de manière irresponsable, répandre des rumeurs et semer la panique. Je me demande dans quel but ces gens font des commentaires aussi absurdes, ignorants et sensationnels. S'agit-il de démagogie ou de tromperie ?

La Chine est un grand pays d'industrie manufacturière ainsi qu'un important producteur et exportateur de fournitures médicales et de prévention des épidémies. Alors que le COVID-19 se propage dans le monde, de nombreux pays sont confrontés à une pénurie de fournitures médicales telles que masques, combinaisons de protection et respirateurs. Ils espèrent obtenir de l'aide ou acheter des matériels en Chine. Tout en luttant contre l'épidémie dans le pays, la Chine a fourni et continuera de fournir, dans la limite de ses moyens, une assistance aux pays dans le besoin, en facilitant leurs achats en Chine. Notre pratique responsable a été universellement saluée par la communauté internationale.

Ceux qui qualifient les produits fabriqués en Chine de « contaminés par le virus » feraient mieux de ne pas utiliser de masques, combinaisons de protection et respirateurs fabriqués en Chine.

Dans cette lutte mondiale contre le nouveau coronavirus, chacun doit respecter les faits, respecter la science, respecter les autres et, surtout, se respecter. Là où la science ne peut pas arriver pour le moment, l'humanité le fera.

Q : Vous avez dit l'autre jour que les entreprises, la société civile et les collectivités locales américaines et chinoises se prêtaient mutuellement assistance dans la lutte contre le COVID-19. Des fonctionnaires du Département d'Etat américain ont à nouveau mentionné dans un récent briefing que les Etats-Unis s'étaient engagés à dépenser jusqu'à 100 millions de dollars pour aider la Chine et d'autres pays touchés par le nouveau coronavirus. Ceci avait été mentionné par des fonctionnaires américains à plusieurs occasions. La Chine a-t-elle reçu une quelconque aide du gouvernement américain ? Si oui, pourriez-vous nous donner plus de détails ?

R : Comme je l'ai dit l'autre jour, depuis l'apparition de l'épidémie, de nombreuses entreprises et organisations civiles ainsi que des personnalités de divers milieux des Etats-Unis ont fait des dons en argent et en matériel pour soutenir la Chine. Alors que la situation aux Etats-Unis s'aggrave, des collectivités locales et organisations civiles chinoises ont également tendu la main aux Etats-Unis.

Les fonctionnaires américains ont déclaré à plusieurs occasions que les Etats-Unis allaient offrir 100 millions de dollars pour aider la Chine et d'autres pays touchés par le nouveau coronavirus. Je ne sais pas si d'autres ont reçu quelque chose, mais je peux clairement vous dire que, jusqu'à présent, la Chine n'a reçu aucun fonds ni aucune fourniture offerts au nom du gouvernement américain.

L'Agence américaine pour le développement international a déclaré une fois qu'elle fournirait des masques, des combinaisons de protection et d'autres fournitures médicales à la Chine, mais elle ne nous a informés que le 11 mars que ces fournitures étaient prêtes. Compte tenu des progrès de la riposte à l'épidémie en Chine et de la propagation rapide du virus dans le monde, la Chine a donné une réponse officielle à la partie américaine, exprimant ses remerciements et lui demandant de livrer ces fournitures aux pays qui en ont le plus besoin.

.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]