La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 25 mars 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

2020-03-25

Je voudrais tout d’abord partager quelques chiffres avec vous : 491 patients guéris sont sortis de l’hôpital dans la partie continentale de la Chine le 24 mars de 0 h à 24 h, ce qui porte le nombre total de patients sortis de l’hôpital à 73 650 au 24 mars à 24 h.

Pour aider l’Italie à lutter contre la pandémie de COVID-19, le gouvernement chinois a décidé d’y envoyer le troisième groupe d’experts médicaux. Constitué par la Commission nationale de la Santé, le groupe est composé d’experts sélectionnés par la Commission provinciale de la Santé du Fujian. Il est parti pour l’Italie le 25 mars à midi.

CCTV : La Chine a annoncé aujourd’hui que le Président Xi Jinping assisterait au sommet spécial des dirigeants du G20 sur le COVID-19. Qu’attend la Chine de la réunion ? Quelles initiatives et propositions la Chine présentera-t-elle lors de la réunion ?

Geng Shuang : Actuellement, l’épidémie de COVID-19 s’est déclenchée et se propage dans de nombreuses régions du monde, nuisant à la vie et à la santé des populations de différents pays et provoquant de graves répercussions sur l’économie mondiale. La communauté internationale souhaite que toutes les parties travaillent ensemble pour lutter contre la pandémie et stabiliser l’économie mondiale. Le G20, plateforme importante de réponse aux crises mondiales et de coopération économique, a joué un rôle important pour répondre à la crise financière internationale de 2008. La communauté internationale espère que le G20 jouera à nouveau son rôle d’orientation à ce moment crucial. Le sommet spécial du G20, la première visioconférence dans son histoire, offre aux dirigeants mondiaux une occasion importante de discuter des actions communes à prendre.

Le sommet sera le premier événement multilatéral majeur auquel assistera le Président Xi Jinping depuis l’apparition de l’épidémie. Sous la direction et l’engagement personnels du Président Xi Jinping, la Chine a obtenu des résultats notables dans la prévention et le contrôle de l’épidémie et soutient activement d’autres pays dans leur bataille contre la pandémie, ce qui a été hautement salué par la communauté internationale. La Chine espère que ce sommet spécial émettra des messages positifs sur le renforcement de la solidarité, la coopération, la stabilisation de l’économie, la recherche d’un consensus et la prise de mesures.

La Chine est prête à travailler de concert avec les autres membres du G20 pour faire de ce sommet un succès avec des résultats pragmatiques.

China News Service : Vous avez dit que le gouvernement chinois était prêt à faciliter l’approvisionnement commercial de matériels médicaux par des pays étrangers sur le marché chinois. Pouvez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ?

Geng Shuang : Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, la Chine a toujours soutenu que la communauté internationale devrait travailler de concert pour maintenir l’économie mondiale ouverte et la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. À présent, nous nous efforçons, tout en répondant à la demande intérieure, de faciliter l’approvisionnement commercial de matériels médicaux par différents pays sur le marché chinois. Nous n’avons pris aucune mesure pour restreindre le commerce extérieur et nous soutenons et encourageons toujours les entreprises à accroître les exportations de manière ordonnée.

À ma connaissance, des acheteurs de plusieurs pays, dont l’Azerbaïdjan, la Bosnie-Herzégovine, le Brésil, le Brunei, la République tchèque, Djibouti, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, le Japon, le Qatar, le Mexique, le Portugal, la Russie, la Serbie, la Turquie et le Royaume-Uni, ont signé des contrats d’achat avec des entreprises chinoises pour, en particulier, des réactifs de test, des masques, des combinaisons et des lunettes de protection.

En plus des facilités accordées à l’approvisionnement sur le marché chinois, la Chine a également fourni des matériels de protection à l’OMS pour soutenir la lutte contre l’épidémie dans d’autres pays. Les entreprises chinoises ont rapidement signé de premiers contrats avec l’OMS lorsque celle-ci a exprimé son souhait d’approvisionnement de matériels médicaux en Chine pour soutenir les différents pays du monde dans leur lutte contre la pandémie.

Je suis convaincu que le milieu industriel et commercial chinois continuera de fournir davantage de ces matériels à la communauté internationale, et que la reprise du travail et de la production, ainsi que le développement économique de la Chine, continueront de soutenir vigoureusement la coopération de la communauté internationale contre la pandémie. Je suis également convaincu qu’il est dans l’intérêt commun de la communauté internationale de renforcer la coopération, de réduire les barrières et de faciliter les échanges commerciaux.

RIA Novosti : Premièrement, vous avez annoncé que la Chine avait envoyé le troisième groupe d’experts médicaux en Italie. Combien de personnes y a-t-il dans ce groupe ? Deuxièmement, le CIO et le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo 2020 ont confirmé le report des JO de 2020, au plus tard à l’été 2021. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : En ce qui concerne votre première question, je n’ai pas le nombre précis sous la main, mais je vous en informerai après vérification.

Quant à votre deuxième question, la décision de reporter les Jeux olympiques de Tokyo montre l’attitude responsable du CIO, du gouvernement japonais et du Comité d’organisation de Tokyo envers la santé et la sécurité des athlètes, des participants et de l’humanité tout entière. Elle manifeste également l’engagement du CIO envers le mouvement olympique. La Chine respecte cette décision et continuera à soutenir le Japon dans l’accueil des JO de Tokyo.

Phœnix TV : le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a parlé, hier dans une interview, du déplacement de la chaîne d’approvisionnement de matériels médicaux aux États-Unis, depuis la Chine et d’autres pays. Le Président Trump a également souligné dans un briefing quotidien sur le coronavirus qu’il ne faudrait jamais dépendre d’un pays étranger pour obtenir des moyens de survie. Selon des médias américains, les États-Unis préparent un décret présidentiel pour délocaliser la chaîne d’approvisionnement de ces entreprises. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : J’ai répondu à des questions similaires ces derniers temps et je veux juste réaffirmer notre position sur cette question.

À notre ère de mondialisation, les intérêts de tous les pays sont étroitement liés, avec une interdépendance accrue. La formation et le développement de chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales sont déterminés par la loi du marché et les choix des entreprises. Certaines personnes de la partie américaine tentent de couper artificiellement les chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales, voire de réclamer leur « découplage » et leur « déplacement », ce qui va à l’encontre de la tendance de notre époque et des lois économiques ; cette attitude est irrationnelle et irréaliste. Face à l’épidémie, un tel comportement ne permettra pas de résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les États-Unis, mais nuira aux intérêts des entreprises et de la population américaines.

La Chine est reconnue comme un grand pays manufacturier et un important producteur et exportateur de produits de prévention des épidémies et de matériels médicaux. Au fur et à mesure de l’amélioration continue de la situation en matière de prévention et de contrôle de l’épidémie en Chine et du rétablissement de l’ordre économique et social, nous intensifions nos efforts pour reprendre le travail et la production, afin de garantir et de soutenir le fonctionnement régulier des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. Les entreprises chinoises accélèrent la fabrication de matériels médicaux dont le monde a un besoin urgent. La Chine a promis une assistance à 82 pays, à l’OMS et à l’UA, et facilite l’approvisionnement commercial en Chine pour les pays dans le besoin, comme je viens de le dire. La conduite responsable de la Chine a été largement saluée par la communauté internationale.

Pour terminer, je tiens à souligner qu’aucun pays ne peut faire face seul à la pandémie. En ce moment, nous avons besoin de la solidarité et de la coopération, et non de la division et du découplage.

Beijing Youth Daily : La Chine a récemment publié à plusieurs reprises des informations sur les visioconférences tenues avec les pays concernés sur le COVID-19. Pouvez-vous nous donner le nombre de ces réunions ? Y en aura-t-il d’autres ?

Geng Shuang : Après l’apparition de l’épidémie de COVID-19, la Chine, en faisant preuve de la solidarité de toute la nation, a adopté les mesures les plus complètes, les plus strictes et les plus rigoureuses, qui ont donné des effets positifs. La situation continue de s’améliorer en Chine. Grâce à ses efforts ardus et ses énormes sacrifices dans cette bataille, la Chine a fait gagner un temps précieux et a apporté une contribution importante à la lutte mondiale contre l’épidémie de COVID-19. Nous avons également acquis de précieuses expériences dans ce processus.

Alors que la pandémie éclate et se propage dans de nombreux endroits à travers le monde, la Chine, avec la vision d’une communauté de destin pour l’humanité et une attitude ouverte, transparente et hautement responsable envers la sécurité sanitaire publique mondiale et la santé des populations du monde entier, est restée en communication et en coopération avec les pays et organisations régionales concernés et a partagé ses précieuses expériences.

Selon des statistiques incomplètes, la Chine a organisé jusqu’à présent une vingtaine de visioconférences pour les experts avec plus de 100 pays d’Asie du Nord-Est, d’Asie du Sud, d’Europe centrale et orientale, d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes et du Pacifique Sud, ainsi que des organisations internationales, telles que l’ASEAN, l’UE, l’UA, l’OCS et la Communauté des Caraïbes. La dernière a eu lieu hier avec plus de 200 spécialistes et fonctionnaires de tous les pays d’Amérique latine et des Caraïbes ayant des relations diplomatiques avec la Chine, et le Nicaragua. Les visioconférences organisées par la Chine ont fait l’objet d’une couverture mondiale.

La partie chinoise a partagé, pendant ces visioconférences, ce que nous savons sur le COVID-19, y compris les caractéristiques épidémiologiques, les stratégies de prévention et de contrôle, le diagnostic et le traitement cliniques, et la recherche de contacts étroits, et a proposé des suggestions aux experts étrangers. Les participants étrangers ont tous exprimé leurs remerciements à la Chine et hautement apprécié ces réunions, qu’ils ont trouvées ouvertes, transparentes, très professionnelles et riches en informations ; ils estiment que les experts chinois ont partagé tout ce qu’ils savaient, ce qui est d’une grande inspiration pour la prévention et le contrôle de l’épidémie.

À l’heure actuelle, nous recevons encore des demandes sur la tenue de telles visioconférences de la part d’un grand nombre de pays. Les départements chinois compétents redoublent d’efforts pour coordonner ces activités. Nous continuerons de communiquer étroitement et d’échanger en temps opportun avec toutes les parties par le biais de telles visioconférences pour aider les pays en développement à renforcer leurs capacités, à combattre conjointement l’épidémie et à protéger ensemble la sécurité sanitaire publique régionale et mondiale.

En plus des vidéoconférences, la Chine a également publié la septième version des solutions diagnostiques et thérapeutiques et la sixième version des solutions de prévention et de contrôle, illustrant de manière intense les expériences précieuses accumulées par la Chine dans le combat depuis plus de deux mois. Elles représentent la sagesse et les recherches inlassables des dizaines de milliers de personnels soignants travaillant en première ligne en Chine. Les solutions ont été traduites en de multiples langues étrangères, et nous entendons les partager sans la moindre réserve avec l’OMS et la communauté internationale.

Les visioconférences aussi bien que les solutions diagnostiques et thérapeutiques font partie de l’assistance technique offerte par la Chine aux pays touchés par l’épidémie, de la contribution apportée par la Chine à l’enrichissement des moyens de lutte internationale contre l’épidémie, et de l’offre publique de la Chine à la préservation de la sécurité sanitaire publique mondiale.

Je tiens à souligner que les maladies infectieuses à grande échelle constituent des menaces de sécurité non traditionnelles majeures pour l’humanité. Les virus sont un fléau commun à tous. Alors que leur destin est lié, les pays ne pourront relever le défi qu’en restant solidaires. La Chine restera attachée au concept de la communauté de destin pour l’humanité, travaillera avec d’autres pays pour vaincre le virus grâce à la solidarité et l’entraide, et apportera sa sagesse, ses expériences et ses prescriptions à la lutte menée par la communauté internationale contre la pandémie.

Bloomberg News : Le Président Trump a décidé de cesser d’utiliser le terme « virus chinois ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : La Chine a exposé maintes fois sa position sur l’origine du virus. Cela montre que nous nous opposons fermement aux remarques qui stigmatisent la Chine. Cette position n’a pas changé.

Le virus ne connaît ni frontières ni races, et ne peut être vaincu que par les efforts concertés de l’humanité tout entière. L’épidémie de COVID-19 s’est déclenchée et se propage rapidement dans de nombreuses régions du monde. Nous espérons que les États-Unis travailleront avec la Chine et le reste de la communauté internationale pour lutter conjointement contre la pandémie et protéger la sécurité sanitaire publique mondiale.

AFP : Le Ministre australien des Affaires étrangères Payne a affirmé que l’écrivain Yang Jun a été officiellement inculpé en Chine pour espionnage. L’Australie s’y oppose fermement. Pouvez-vous confirmer cela ? Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Geng Shuang : Yang Jun, un ressortissant australien, est suspecté de se livrer à des activités criminelles mettant en danger la sûreté nationale de la République populaire de Chine. Les départements compétents chinois traitent le dossier en stricte conformité avec la loi. Dans ce processus, les droits légaux de Yang Jun sont pleinement protégés. Compte tenu de la situation actuelle de lutte contre l’épidémie et pour la sécurité des détenus, les services compétents n’organisent pas de visite pour le moment, avant que la situation épidémique soit stabilisée et améliorée. Les départements concernés de la partie chinoise ont pleinement communiqué sur cette situation avec l’ambassade d’Australie en Chine.

Enfin, nous exhortons la partie australienne à respecter la souveraineté judiciaire de la Chine et à cesser de s’immiscer dans le traitement légal du cas par la Chine sous quelque forme que ce soit.

Reuters : Mardi, le Secrétaire d’État américain Pompeo a déclaré que la Chine refusait toujours de communiquer au monde les informations nécessaires pour prévenir le COVID-19. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Lors de dernières conférences de presse, nous avons réagi à plusieurs reprises aux accusations américaines injustifiées. Lors de la conférence de presse de la semaine dernière, j’ai également présenté en détail comment la Chine a informé les États-Unis de la situation épidémique et comment les deux pays sont restés en communication.

La Chine a toujours partagé, dans un esprit ouvert, transparent et responsable, les informations avec l’OMS et les différents pays et régions du monde, y compris les États-Unis, et est restée en communication et a coopéré avec eux, ce qui a été largement salué par la communauté internationale.

Nous exhortons les États-Unis à respecter les faits réels et l’opinion publique internationale, à cesser de politiser la pandémie et de discréditer la Chine, et à concentrer leur énergie sur leurs propres affaires pour s’efforcer de contrôler la propagation de la pandémie dans leur pays.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]