La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 20 avril 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

2020-04-20

CCTV : Le Président Xi Jinping a mentionné, dans son article intitulé « La solidarité et la coopération sont l'arme la plus puissante pour la communauté internationale afin de lutter contre l'épidémie », publié récemment dans la revue « Rechercher la vérité », son soutien à la coopération avec la Fondation Bill & Melinda Gates. Pouvez-vous présenter la coopération de la Chine avec cette fondation dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 ?

Geng Shuang : L'article important du Président Xi, intitulé « La solidarité et la coopération sont l'arme la plus puissante pour la communauté internationale afin de lutter contre l'épidémie » et publié dans la revue « Rechercher la vérité », exprime la position et les propositions du gouvernement chinois, en adhérant au concept de construction d'une communauté de destin pour l'humanité, pour faire avancer la coopération internationale anti-épidémique.

Le virus est l'ennemi commun de toute l'humanité. La lutte contre la pandémie et la reprise de la croissance économique nécessitent des efforts concertés de tous les pays du monde, y compris la Chine et les États-Unis. La Fondation Bill & Melinda Gates est l'un des partenaires dans la lutte menée par la Chine et la communauté internationale contre le COVID-19.

Depuis le début de l'épidémie, des institutions scientifiques chinoises et la Fondation Gates ont coopéré pour des recherches sur la pathologie, la prévention et le traitement du COVID-19. Récemment, la Fondation Gates a annoncé un nouveau don pour soutenir la R&D dans les outils de diagnostic, les médicaments et les vaccins, soutenir l'OMS et d'autres organisations internationales dans le renforcement de la coopération internationale en matière de prévention et de contrôle de la pandémie, et s'opposer à la stigmatisation sous le couvert de la pandémie. Nous en exprimons notre appréciation et nous saluons cela.

À l'heure actuelle, la pandémie continue de se propager rapidement dans le monde. La Chine est prête à continuer de travailler avec la communauté internationale, y compris la Fondation Gates, pour renforcer la coopération en matière de prévention de l'épidémie et contribuer au bonheur de tous les peuples du monde ainsi qu'à la sécurité sanitaire publique mondiale.

CNN : Le Président américain Trump a déclaré dimanche dernier que les États-Unis voulaient toujours envoyer leurs propres enquêteurs en Chine pour enquêter sur la situation épidémique, et que les États-Unis discutaient de cette question avec la Chine. Samedi dernier, Trump a affirmé que la Chine devrait en assumer les conséquences si elle était sciemment responsable de la propagation du virus. En outre, vendredi dernier, deux membres du Congrès américain ont présenté un projet de loi au Congrès demandant la permission d'autoriser les citoyens américains et les gouvernements locaux à poursuivre le gouvernement chinois pour la propagation de la pandémie en ayant induit l'OMS en erreur. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Je vais répondre à toutes ces questions ensemble.

Depuis la survenue du COVID-19, dans un esprit ouvert, transparent et responsable, la Chine a pris les mesures les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus énergiques pour contenir sa propagation et mener une coopération internationale. Dans ce processus, la Chine a fait d'énormes sacrifices, accumulé de précieuses expériences et apporté une contribution importante à la lutte mondiale. La communauté internationale salue les efforts et les résultats anti-épidémiques de la Chine et les apprécie hautement.

Le virus est un ennemi commun à toute l'humanité et peut survenir n'importe quand, n'importe où dans le monde. Comme les autres pays, la Chine est également une victime du virus, mais pas un auteur, encore moins un complice du COVID-19.

Face aux grandes crises de santé publique et aux maladies infectieuses, la communauté internationale doit travailler en solidarité, au lieu de recourir à des accusations mutuelles ou de crier à tue-tête pour intenter des poursuites en responsabilité et réclamer des indemnités. Je ne me souviens pas de cette pratique dans le monde.

En 2009, la grippe H1N1 a été diagnostiquée pour la première fois aux États-Unis et a éclaté sur une grande échelle, avant de s'étendre dans 214 pays et régions, faisant la mort de près de 200 000 personnes. Quelqu'un a-t-il demandé aux États-Unis le remboursement des pertes ? Dans les années 1980, le sida a été découvert pour la première fois aux États-Unis et s'est propagé dans le monde entier, causant de grandes souffrances à beaucoup de personnes. Quelqu'un a-t-il intenté des poursuites en responsabilité aux États-Unis ? En outre, il y a quelques jours, Kishore Mahbubani, professeur à l'Université nationale de Singapour, a déclaré dans une interview que la crise financière déclenchée par l'effondrement de Lehman Brothers en 2008 s'était transformée en une crise financière mondiale. Quelqu'un a-t-il demandé aux États-Unis d'en assumer les conséquences ?

Les États-Unis doivent comprendre que le virus est leur ennemi, et non la Chine. La communauté internationale ne pourra vaincre le virus qu'en faisant preuve de solidarité. Attaquer et discréditer sans arrêt d'autres pays ne rattrapera ni le temps gaspillé ni les vies perdues. Nous espérons que certains individus aux États-Unis respecteront les faits, la science et le consensus international, cesseront d'attaquer et de blâmer la Chine sans fondement, arrêteront de faire des remarques irresponsables et se concentreront plutôt sur la lutte contre l'épidémie dans leur pays et la promotion de la coopération internationale.

Australian Broadcasting Corporation : La Ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne a appelé à la mise en place d'un mécanisme d'enquête pour enquêter sur les origines de la pandémie et la situation épidémique dans le monde, y compris ici en Chine. Elle s'est également dite fort préoccupée par le niveau de transparence en Chine. Quel est le commentaire du Ministère chinois des Affaires étrangères à ce sujet ?

Geng Shuang : Les remarques de la Ministre australienne des Affaires étrangères Payne sont totalement infondées. La Chine en est sérieusement préoccupée et s'y oppose fermement.

Depuis le début de l'épidémie, la Chine a toujours agi de manière ouverte, transparente et responsable et a pris une série de mesures résolues et énergiques. Sans perdre du temps, elle a signalé l'épidémie à l'OMS, partagé la séquence génétique du nouveau coronavirus avec d'autres pays et mené une coopération internationale en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie avec des experts de différents pays. Ce que la Chine a fait a été hautement salué par la communauté internationale. Toute remise en question de la transparence du comportement de la Chine est non seulement incompatible avec les faits, mais aussi irrespectueuse des efforts et des sacrifices énormes faits par le peuple chinois.

La partie chinoise a souligné à plusieurs reprises que la question relative à l'origine du nouveau coronavirus est une question scientifique sérieuse qui devrait être étudiée par les scientifiques et les experts médicaux. Nous espérons que la partie australienne pourra traiter cette question de manière objective, scientifique et sérieuse. J'ai exprimé la position de la Chine à ce sujet en répondant à la question de CNN.

Nous espérons que l'Australie fera plus de choses pour promouvoir les relations sino-australiennes, renforcer la confiance mutuelle entre les deux pays et aider à la prévention et au contrôle de la pandémie dans les deux pays, au lieu de faire du tapage en se ralliant à l'avis d'un certain pays.

China Review News : La police de Hong Kong a récemment arrêté 14 personnes, dont Jimmy Lai et Martin Lee, pour avoir organisé et participé à des rassemblements illégaux. Le Secrétaire d'État américain Pompeo, la Ministre australienne des Affaires étrangères Payne et le porte-parole du Ministère britannique des Affaires étrangères ont fait des déclarations en réponse à leur arrestation, disant qu'ils suivaient de près l'affaire, qu'ils étaient préoccupés par cette arrestation de personnalités pro-démocrates à Hong Kong, et que le droit de manifester pacifiquement était protégé à la fois par la Déclaration conjointe sino-britannique et la Loi fondamentale. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Concernant l'opération d'arrestation menée par la police de la Région administrative spéciale de Hong Kong conformément à la loi, une poignée de politiciens occidentaux ont fait des remarques déplacées et des critiques injustifiées et ont même exigé le retrait des charges. Ils sont intervenus grossièrement dans les affaires de Hong Kong de la Chine et ont foulé brutalement au pied la primauté du droit et l'indépendance judiciaire de Hong Kong. Nous exprimons notre vive condamnation et notre ferme opposition à cet égard.

Hong Kong défend la primauté du droit. Personne ne peut se placer au-dessus des lois. Il n'est pas permis de salir ou de dénaturer l'application de la loi en vertu de la loi par la police de Hong Kong. Je souligne une fois de plus que Hong Kong est une région administrative spéciale de Chine, et que ses affaires sont entièrement des affaires intérieures de la Chine, qui ne tolèrent l'ingérence d'aucune force étrangère. Nous exhortons les parties concernées à respecter scrupuleusement la primauté du droit et l'indépendance judiciaire de Hong Kong, à cesser de soutenir les émeutiers anti-chinois et de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous quelque forme que ce soit.

TASS : Le professeur français Luc Montagnier, lauréat du prix Nobel de médecine en 2008, a déclaré lors d'une interview que le nouveau coronavirus, comme il le pensait, a été conçu en laboratoire et contient certains gènes du virus de l'immunodéficience humaine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : L'origine du virus est une question scientifique qui devrait faire l'objet d'études par les scientifiques et les professionnels de la médecine. Il ne faut pas la politiser.

Selon l'opinion générale de l'OMS et des scientifiques et professionnels de la santé publique dans la grande majorité des pays, rien ne prouve que le virus provient d'un laboratoire.

CRI : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré dans une interview le 17 avril que la Chine n'avait pas signalé les informations à la communauté internationale comme elle aurait dû le faire en temps utile. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Récemment, certains responsables américains ont tenté à plusieurs reprises de dénigrer les efforts de la Chine dans la prévention et le contrôle de la pandémie, essayant de pêcher en eau trouble et de trouver un bouc émissaire pour leur mauvais contrôle de l'épidémie dans le pays. Mais peu importe combien de fois le mensonge est répété, un mensonge est toujours un mensonge. La Chine a mis au jour les mensonges des États-Unis par les faits et les actions.

Nous conseillons à ces responsables américains de se concentrer sur les efforts de prévention et de contrôle dans le pays au lieu de tenter de rejeter la responsabilité sur autrui, car qui tente de se disculper se trahit. Le jeu du blâme ne contribuera pas à atténuer la situation épidémique aux États-Unis, mais entravera gravement la coopération anti-épidémique entre la Chine et les États-Unis et nuira aux relations bilatérales.

China Daily : Le Conseiller commercial américain à la Maison-Blanche, Peter Navarro, a déclaré lors d'une récente interview que la Chine avait dissimulé l'épidémie en se servant de l'OMS comme d'un bouclier et amassé des équipements de protection individuelle pour faire d'énormes profits. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Depuis la survenue de l'épidémie de COVID-19, dans un esprit ouvert, transparent et responsable, la Chine a fourni, sans perdre de temps, des informations à l'OMS et à la communauté internationale, mené activement la coopération internationale et apporté soutien et dons à d'autres pays dans la mesure de ses capacités. C'est un fait au vu et au su de tous.

Il est encore plus ridicule de prétendre que la Chine a stocké des équipements de protection individuelle. Les mensonges de Navarro s'effondreront simplement face aux faits de l'aide apportée par la Chine aux États-Unis. Selon des statistiques incomplètes des douanes chinoises, du 1er mars au 17 avril, la Chine a fourni aux États-Unis 1,864 milliard de masques de différentes catégories, 258 millions de paires de gants, 29,19 millions de combinaisons de protection chirurgicale, 3,13 millions de lunettes de protection, 156 respirateurs invasifs et 4 254 respirateurs non invasifs. Les facilités offertes par la Chine pour l'approvisionnement américain en Chine et les dons de divers milieux de la Chine à la société américaine sont généralement saluées par tous les milieux des États-Unis.

Nous exhortons Navarro et ses proches à cesser de répandre des rumeurs et de rejeter les responsabilités. Ils devraient concentrer leur énergie sur la lutte contre l'épidémie dans le pays.

Shenzhen TV : Dernièrement, le Président Trump, le Secrétaire d'État Pompeo et d'autres responsables américains ont affirmé à maintes reprises que le nouveau coronavirus provenait de l'Institut de virologie de Wuhan en Chine et qu'il faudrait mener des enquêtes. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, l'origine du nouveau coronavirus est une question de science qui devrait être laissée aux scientifiques et aux professionnels de la médecine. Il ne faut pas la politiser.

Actuellement, les scientifiques et les professionnels de la santé publique de l'OMS et de la plupart des pays, y compris des États-Unis, estiment généralement qu'aucune preuve ne montre que le nouveau coronavirus provient d'un laboratoire.

Hier, le responsable de l'Institut de virologie de Wuhan a clairement démenti, dans une interview, les accusations mensongères des États-Unis. Il a souligné que l'Institut est géré par des règles de gestion rigoureuses et que l'allégation américaine est une pure conjecture sans la moindre preuve ou logique. Personne n'est infecté à l'Institut et tout le personnel se consacre à la recherche scientifique. La diffusion irresponsable des assertions de complot par certains individus américains ne fera que perturber la recherche scientifique et nuire à la coopération entre les scientifiques chinois et américains.

Nous demandons à ces individus aux États-Unis de respecter les faits, de respecter la science et de respecter l'opinion publique internationale. Ces individus doivent comprendre que leur ennemi n'est pas la Chine, mais le virus. Leur tâche la plus urgente est de se concentrer sur le contrôle de la pandémie dans le pays et de renforcer la coopération internationale contre la pandémie, au lieu d'attaquer et de salir la Chine pour détourner l'attention et rejeter la responsabilité.

TASS : Selon le site web de Xinhua, Sun Lijun, Vice-Ministre de la Sécurité publique de Chine, fait l'objet d'une enquête pour de graves violations de la discipline et de la loi. Selon les médias, Sun Lijun était membre du groupe dirigeant central qui a été envoyé dans le Hubei, où il a travaillé de février à mars. Cette enquête est-elle liée à son travail dans le Hubei ?

Geng Shuang : Concernant l'examen disciplinaire et l'enquête de supervision sur le Vice-Ministre de la Sécurité publique Sun Lijun, les départements compétents chinois ont déjà publié des informations. Je n'en ai pas d'autres à vous communiquer pour le moment.

AFP : Un rapport onusien a révélé que la Corée du Nord a fortement augmenté les exportations de charbon et de produits pétroliers en 2019 malgré les sanctions du Conseil de Sécurité, ce qui semble avoir été réalisé avec l'aide d'une société de construction navale chinoise. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Je pense que mon collègue a répondu à une question similaire la semaine dernière, donc je ne vais pas m'étendre là-dessus. En ce qui concerne la mise en œuvre des résolutions des Nations Unies liées à la RPDC, la Chine a toujours rempli ses obligations internationales avec tout le sérieux qui s'impose et traité les questions concernées conformément aux résolutions.

Reuters : Le Vietnam a déclaré que l'affirmation de la Chine d'avoir établi des unités administratives sur les îles de la Mer de Chine méridionale violait gravement la souveraineté du Vietnam. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Avec l'approbation du Conseil des Affaires d'État, la ville de Sansha de la province de Hainan a créé deux arrondissements, à savoir l'arrondissement de Xisha et celui de Nansha. C'est la Chine qui fait un ajustement de division administrative dans le cadre de sa souveraineté. Cela est propice à l'amélioration et au renforcement de la gestion administrative de la ville de Sansha et à la promotion du développement coordonné de la croissance économique et de la protection environnementale de la ville.

La Chine a la souveraineté sur les îles Xisha et Nansha et leurs eaux adjacentes, ainsi que les droits souverains et la juridiction sur les eaux concernées et les fonds marins, et sur leur sous-sol. Conformément aux lois et réglementations nationales, le gouvernement chinois a sélectionné et publié les noms de certaines îles et récifs des îles Xisha et Nansha ainsi que les fonds marins des eaux sous sa juridiction. C'est une mesure normale et conventionnelle prise par la Chine conformément à la loi pour renforcer la gestion maritime, ce qui est également conforme au droit international et aux pratiques internationales.

La Chine s'oppose fermement aux propos et actions du Vietnam qui ont porté atteinte à la souveraineté et aux droits et intérêts de la Chine en Mer de Chine méridionale, et continuera de prendre les mesures nécessaires pour protéger fermement la souveraineté et les droits et intérêts de la Chine.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]