La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 15 mai 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2020-05-15

CCTV : Hier, des experts de la province du Hubei ont eu des échanges avec des experts de la santé palestiniens par liaison vidéo. Pourriez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le 14 mai, des experts médicaux et en contrôle des maladies de la Commission provinciale de la Santé du Hubei, de la Commission municipale de la Santé de Wuhan, de l'Hôpital Jinyintan de Wuhan et d'autres institutions médicales ont eu des discussions approfondies par liaison vidéo avec leurs homologues palestiniens sur le diagnostic et le traitement du COVID-19, la prévention et le contrôle de l'épidémie, la reprise du travail et de la production et autres sujets. La visioconférence a donné de bons résultats. Il s'agit de la troisième séance d'échanges entre experts par liaison vidéo organisée par la Chine pour la Palestine depuis la survenue du COVID-19. La partie palestinienne a remercié la Chine et a estimé que cette visioconférence aidera la Palestine à lutter contre le virus et à améliorer sa préparation.

Je tiens à souligner que la Chine était toujours un bon ami et partenaire de la Palestine. Cette visioconférence démontre notre amitié traditionnelle. C'est aussi une action concrète de la Chine pour bâtir une communauté de destin pour l'humanité et lutter conjointement contre le virus avec les pays de la région. Après la survenue du COVID-19, les dirigeants chinois et palestiniens ont échangé des messages de sympathie. La Chine a fourni des masques, des combinaisons de protection, des réactifs de test et d'autres matériels à la Palestine, et a partagé son expérience de lutte contre l'épidémie avec des experts palestiniens par liaison vidéo.

Alors que le COVID-19 continue de se propager, la communauté internationale devrait attacher de l'importance à la vie et à la santé du peuple palestinien, répondre aux préoccupations en matière de lutte contre l'épidémie des réfugiés en Palestine et en dehors de la Palestine, ainsi que de leurs pays d'accueil, et apporter une assistance concrète à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui fournit depuis longtemps une aide et un soutien humanitaires à la Palestine. En tant que grand pays responsable, la Chine continuera de soutenir autant que possible la Palestine et les pays de la région pour vaincre le virus le plus tôt possible.

AFP : Le Président américain Trump a déclaré hier qu'il pourrait rompre les relations avec la Chine. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Maintenir la stabilité et le développement des relations sino-américaines sert les intérêts fondamentaux des peuples des deux pays et favorise la paix et la stabilité mondiales. A l'heure actuelle, la Chine et les Etats-Unis devraient renforcer leur coopération pour vaincre l'épidémie le plus tôt possible et se concentrer sur le traitement des patients et la reprise du développement économique et de la production. Ceci, bien sûr, appelle les Etats-Unis et la Chine à aller dans le même sens.

China News Service : Selon des sources, les autorités du Parti démocrate progressiste sollicitent un soutien pour la participation de Taïwan à la 73e Assemblée mondiale de la Santé, affirmant qu'il y aura une « lacune » dans les efforts mondiaux contre l'épidémie si Taïwan ne peut y participer. Une poignée de pays, y compris les Etats-Unis, demandent à l'OMS d'inviter la région de Taïwan à y assister en tant qu'observateur et poussent pour que l'Assemblée mondiale de la Santé discute de cette proposition. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : Dernièrement, j'ai commenté à maintes reprises la soi-disant participation de la région de Taïwan à l'Assemblée mondiale de la Santé. Depuis l'apparition du COVID-19, les autorités du Parti démocrate progressiste de Taïwan sont occupées à faire des manipulations politiques et à faire du tapage autour de la soi-disant « participation de Taïwan à l'Assemblée mondiale de la Santé » à des occasions internationales. Leur véritable intention est de rechercher l'« indépendance » sous le prétexte de la pandémie avec l'aide de certains pays occidentaux. Nous nous opposons fermement à cela. Leurs tentatives ne sauraient jamais aboutir.

La participation de la région de Taïwan, qui fait partie de la Chine, doit être gérée conformément au principe d'une seule Chine. C'est également un principe fondamental entériné par la résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations unies et la résolution 25.1 de l'Assemblée mondiale de la Santé. Depuis que le Parti démocrate progressiste est arrivé au pouvoir en 2016, il adhère obstinément à la position séparatiste de l'« indépendance de Taïwan » et refuse de reconnaître que les deux rives du détroit de Taïwan appartiennent à une seule et même Chine. En conséquence, le fondement politique de la participation de la région de Taïwan à l'Assemblée mondiale de la Santé a cessé d'exister. Les autorités du Parti démocrate progressiste sont la seule partie responsable du fait que la région de Taïwan n'ait pas pu participer à l'Assemblée mondiale de la Santé. Les autorités du Parti démocrate progressiste le comprennent bien.

Le gouvernement central chinois attache toujours une grande importance à la santé et au bien-être des compatriotes de Taïwan. En janvier dernier, le gouvernement central a accueilli des experts de Taïwan se rendant à Wuhan pour observer les efforts de lutte contre l'épidémie sur le terrain. Au 15 mai, le gouvernement central a communiqué 152 fois les informations sur le COVID-19 à la région de Taïwan. Depuis 2019, sur la base du principe d'une seule Chine, 24 experts de la région de Taïwan ont participé en 16 groupes aux activités techniques de l'OMS. La région de Taïwan a un accès sans entrave aux informations sur l'épidémie, il n'existe donc pas de soi-disant « lacune » dans les efforts mondiaux contre l'épidémie.

Selon le consensus atteint par le Conseil exécutif de l'OMS, l'ordre du jour de cette année ne couvrira que des points essentiels tels que la pandémie de COVID-19 et l'élection du Conseil exécutif. Cela reflète le souhait partagé des Etats membres de se concentrer sur la coopération internationale dans la lutte contre le COVID-19 lors de cette Assemblée mondiale de la Santé. L'Assemblée mondiale de la Santé a pendant de nombreuses années consécutives rejeté les propositions d'une poignée de pays concernant la région de Taïwan, démontrant pleinement que le principe d'une seule Chine correspond à l'aspiration commune de la communauté internationale et à la tendance générale, et ne peut être contesté. Les quelques pays qui s'obstinent à discuter de la proposition concernant la région de Taïwan ne visent qu'à politiser la question de la santé afin de rechercher des gains politiques égoïstes même sans hésiter à détourner l'Assemblée mondiale de la Santé et à saper la coopération mondiale contre la pandémie. Leur tentative perturbera inévitablement le déroulement des séances de l'Assemblée mondiale de la Santé, sapera la coopération internationale et suscitera certainement l'opposition ferme de la grande majorité de la communauté internationale.

Associated Press of Pakistan : Hier, le Sénat du Pakistan a adopté à l'unanimité une résolution saluant les mesures décisives et opportunes prises par la Chine pour lutter contre le nouveau coronavirus sous la direction du Président Xi Jinping et remerciant la Chine pour son précieux soutien au Pakistan. Il a également souligné que le virus était un ennemi de toute l'humanité et ne devait pas être politisé ou utilisé pour stigmatiser la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : Je suis heureux de répondre à cette question d'un ami pakistanais.

La Chine apprécie l'adoption de la résolution par le Sénat du Pakistan. Depuis le début de l'épidémie, la Chine et le Pakistan se sont soutenus et ont travaillé en étroite collaboration pour la combattre. Nous n'oublierons jamais qu'au moment crucial de la lutte de la Chine contre le virus, le Pakistan a mobilisé toutes ses ressources pour procurer des fournitures médicales à la Chine. Le gouvernement chinois a également envoyé des équipes médicales, fourni de nombreux lots d'aides à titre gratuit et mobilisé activement les divers milieux sociaux pour faire don d'argent et de matériel afin de soutenir le Pakistan. Cela prouve que la Chine et le Pakistan sont de vrais amis et de bons frères partageant heurs et malheurs.

Le virus ne connaît pas de frontières ni de races. Calomnier et stigmatiser d'autres pays revient à saper et à perturber la coopération internationale contre le virus. Les faits sont clairs et la justice prévaut toujours. Nous apprécions hautement la position objective et juste du Pakistan sur cette question. Nous aimerions, à la lumière du concept de communauté de destin pour l'humanité, continuer de renforcer la coopération dans la lutte contre l'épidémie avec la communauté internationale, y compris le Pakistan, et de travailler ensemble pour remporter la victoire finale dans la lutte mondiale contre le COVID-19.

CCTV : Certains médias occidentaux, comme ceux des Etats-Unis et du Royaume-Uni, ont récemment publié des articles selon lesquels « la Russie falsifie son taux de mortalité liée au COVID-19 ». La Russie a réfuté ces allégations à plusieurs reprises. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : Nous avons remarqué que certains médias occidentaux faisaient du tapage autour de la question du taux de mortalité liée au COVID-19 en Russie. La partie russe a clairement fait part de son opposition à cela.

La Chine soutient fermement les efforts de la Russie contre le COVID-19 et estime que, sous la forte direction du Président Poutine, le peuple russe remportera la victoire finale contre la pandémie.

La Chine estime que la solidarité, la coordination et le soutien mutuel sont l'arme la plus puissante contre le virus. La communauté internationale est à un moment crucial de la lutte contre la pandémie, ce qui nous donne plus de raisons de nous unir pour surmonter les difficultés présentes, au lieu de sauter aux conclusions et de pointer les autres du doigt.

Tass : La porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré jeudi que Moscou considérait la question de « l'adhésion de la Chine au nouveau traité START » comme complètement fabriquée, car elle entraînerait la Chine dans des mécanismes bilatéraux russo-américains. « Pendant ce temps, l'adhésion des plus proches alliés des Etats-Unis à ces négociations, le Royaume-Uni et la France en particulier, reste notre priorité », a-t-elle déclaré. Selon la porte-parole, la Russie a officiellement proposé aux Etats-Unis de prolonger le nouveau START pour cinq ans sans aucune condition préalable afin de gagner du temps pour une évaluation conjointe des défis et menaces actuels dans ce domaine. Comment commentez-vous cette déclaration ?

Zhao Lijian : La prolongation du nouveau traité START, le seul accord bilatéral important existant entre les Etats-Unis et la Russie sur le désarmement nucléaire, a retenu l'attention de la communauté internationale. Cette question touche non seulement aux relations de sécurité stratégique russo-américaines, mais aussi à la stabilité stratégique mondiale.

La Chine n'a pas l'intention de prendre part à une négociation trilatérale sur la maîtrise des armements. Les Etats-Unis et la Russie, avec les plus grands arsenaux nucléaires du monde, devraient assumer sérieusement leur responsabilité spéciale et prioritaire en matière de désarmement nucléaire, prolonger le nouveau traité START, réduire considérablement leurs arsenaux nucléaires et créer les conditions permettant à d'autres Etats dotés d'armes nucléaires de se joindre aux négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire.

Agence de presse Xinhua : Alors que le COVID-19 continue de se propager à l'échelle mondiale, de nombreux programmes d'échange entre les peuples ont été interrompus ou se déroulent en ligne. Dans de telles circonstances, lors de la 44e Journée internationale des musées, qui tombe le 18 mai, plusieurs musées et médias chinois prévoient de relayer des événements en direct. La plateforme de diffusion en ligne de l'application Xinhua News retransmettra en direct tous ces événements. C'est une façon très créative de promouvoir les échanges culturels entre la Chine et le reste du monde. Qu'en pensez-vous ?

Zhao Lijian : J'ai également noté que, comme les gens ont tendance à éviter les réunions en face à face et à passer à Internet pour de plus en plus de leurs activités quotidiennes en raison du COVID-19, les modes de vie en ligne ont prospéré. Comme vous l'avez dit, pour la Journée internationale des musées 2020, les musées et les médias chinois sont sortis des sentiers battus et ont décidé de relayer des événements en ligne. De cette façon, les visiteurs de musées du monde entier pourront apprécier chez eux la culture chinoise, découvrir les dernières tendances des musées chinois, et faire l'expérience virtuelle de tous les aspects de la société chinoise. Nous souhaitons le succès à cet événement.

Beijing Youth Daily : Les missions diplomatiques américaines dans les pays de l'ASEAN ont reproduit un article intitulé « Les nations de l'Asie du Sud-Est défient la Chine au sujet des revendications maritimes », selon lequel les pays d'Asie du Sud-Est font face aux revendications des droits et intérêts de la Chine en mer de Chine méridionale. Je me demande comment vous commentez cela.

Zhao Lijian : Nous avons également pris note de cet article. Ce n'est qu'un patchwork de pièces déformées avec une logique défectueuse. Je ne veux pas perdre trop de temps à le réfuter.

En reproduisant un tel article sur leurs plateformes officielles, certains pays ont révélé leur mauvaise intention de faire des manœuvres politiques au sujet de la mer de Chine méridionale. Nous exhortons la partie concernée à cesser de semer la discorde entre les pays de la région et à éviter de saper la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale ou à perturber les efforts internationaux contre la pandémie.

The Papier : Selon le Globe and Mail du Canada, l'Ambassadeur du Canada en Chine, Dominic Barton, a déclaré lors d'une session du Conseil international du Canada qu'il appuyait un « examen rigoureux » au sujet de l'Organisation mondiale de la Santé et de la propagation du nouveau coronavirus, une fois le pire de la pandémie terminé. Les diplomates chinois ont adopté une approche intransigeante dans le monde entier, endommageant le soft power de la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : J'ai pris note du reportage concerné. Nous l'avons vérifié et en avons conclu qu'il n'était pas factuel. Nous notons que, depuis le début de l'épidémie, la partie canadienne s'est à plusieurs reprises déclarée prête à coopérer avec la communauté internationale pour lutter contre le virus sur la base de la science et des preuves.

En ce qui concerne l'évaluation de la réponse au COVID-19, la partie chinoise a clairement exprimé sa position à plusieurs reprises. Je ne la répéterai pas. Quant à la politique extérieure de la Chine, ce n'est pas notre tradition d'être arrogants et provocants et nous n'emprunterons jamais la voie où toute grande puissance devrait pratiquer l'hégémonie. Nous restons toujours attachés à la politique étrangère indépendante et pacifique et promouvons les échanges sur un pied d'égalité, l'entente et l'amitié avec le reste du monde, ce qui est hautement apprécié par la communauté internationale. Nous espérons que les médias concernés rejetteront leurs préjugés et feront des reportages objectifs sur la Chine et les relations entre la Chine et le Canada, et cesseront de faire de faux reportages.

Reuters : Taïwan Semiconductor Manufacturing Company va investir 12 milliards de dollars aux Etats-Unis pour construire une nouvelle usine. Le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré qu'il s'agissait d'une décision importante à un moment où la Chine tentait de dominer les technologies de pointe et de contrôler les industries critiques. La Chine pense-t-elle que cet investissement est un autre élément de la stratégie américaine visant à « découpler » les économies chinoise et américaine ?

Zhao Lijian : En règle générale, nous ne commentons pas la production ou le plan commercial d'une quelconque entreprise.

Nous avons dit à maintes reprises que la coopération entre la Chine et les Etats-Unis dans divers domaines tels que le commerce et l'investissement est par nature mutuellement bénéfique. La coopération profite à chacune de nos deux parties, la confrontation nuit à l'une comme à l'autre. Le découplage ou la rupture des relations ne mèneront nulle part. Nous exhortons les Etats-Unis à abandonner la mentalité de la guerre froide et la conception périmée du jeu à somme nulle, à appréhender correctement les échanges et la coopération avec la Chine dans les domaines de la science et de la technologie, de l'économie et du commerce, et à travailler pour renforcer la confiance mutuelle et la coopération sino-américaines.

Beijing Daily : Selon le Daily Beast, le Washington Post et certains autres médias américains, des sources du CDC américain ont révélé que la Maison Blanche, considérant que le nombre actuel de décès aux Etats-Unis était trop élevé, a pressé le CDC de changer la façon dont il comptait les décès dus au coronavirus, de sorte que le nombre de morts signalés soit moins élevé. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note de ces reportages. Je pense que ce sont les Etats-Unis qui devraient répondre à cette question.

PTI : Ma question concerne le projet de barrage Diamer-Bhasha au Pakistan. Le porte-parole du Ministère indien des Affaires extérieures a déclaré hier : « L'ensemble du territoire des Territoires de l'Union du Jammu-et-Cachemire et du Ladakh a été, est et sera partie intégrante et inaliénable de l'Inde » ; « Nous avons constamment fait part de nos protestations et de nos préoccupations auprès du Pakistan et de la Chine sur tous ces projets dans les territoires indiens sous occupation illégale du Pakistan. » Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur la question du Cachemire est cohérente. La coopération économique entre la Chine et le Pakistan vise à stimuler la croissance économique locale et à améliorer le bien-être des populations locales, et est donc dans l'intérêt de tous.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]