La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 15 juin 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2020-06-15

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi coprésidera, avec le Vice-Premier Ministre cambodgien Hor Nam Hong, la 5e réunion du Comité de coordination intergouvernemental Chine-Cambodge le 16 juin. La réunion se tiendra par liaison vidéo.

CCTV : Sur quoi portera la 5e réunion du Comité de coordination intergouvernemental Chine-Cambodge que vous venez d’annoncer ? Qu’attend la Chine de cette réunion ?

Zhao Lijian : Cette année marque le 10e anniversaire du partenariat de coopération stratégique global Chine-Cambodge ainsi que le premier anniversaire de la signature du plan d’action pour la construction d’une communauté de destin pour les deux pays. Face à la survenue de l’épidémie de COVID-19, les deux pays, en restant étroitement solidaires et en partageant heurs et malheurs, ont remporté une victoire d’importance majeure contre l’épidémie. Les relations bilatérales se sont consolidées après avoir résisté à l’épreuve de l’épidémie.

La Chine espère que la visioconférence permettra aux deux pays de faire le bilan des mesures prises, pendant l’année écoulée, pour la mise en œuvre du plan d’action bilatéral pour la construction d’une communauté de destin pour les deux pays, et d’échanger en priorité des vues sur le renforcement de la coopération dans divers domaines dans le contexte de la prévention et du contrôle de l’épidémie à long terme, et les questions régionales et internationales d’intérêt commun. Nous sommes convaincus que la réunion donnera une nouvelle impulsion à l’approfondissement de l’amitié sino-cambodgienne et à la promotion de la construction d’une communauté de destin pour les deux pays.

Global Times : Un mémorandum datant du 1er décembre 2018 du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), rendu public par le tribunal le 12 juin, montre que le SCRS avait été prévenu par le Bureau fédéral d’Investigation (FBI) américain de l’arrestation de Meng Wanzhou à l’aéroport international de Vancouver le 1er décembre au soir. Le mémorandum du SCRS indique que le FBI ne serait pas présent à l’opération d’arrestation de Meng pour éviter au monde extérieur de penser que les États-Unis y ont exercé une influence. Les avocats de Meng Wanzhou affirment que ce document prouve que le SCRS a délibérément dissimulé l’implication du FBI dans cette affaire et que des documents publics montrent que le FBI contactait fréquemment le service canadien d’application de la loi. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le document divulgué par le tribunal canadien prouve encore une fois que l’arrestation de Mme Meng Wanzhou est une affaire politique pure et simple avec de graves conséquences. Elle a pleinement révélé la tentative politique de la partie américaine d’opprimer des entreprises chinoises de haute technologie comme Huawei. Le Canada a agi en tant que complice des États-Unis dans cette affaire.

Le gouvernement chinois est déterminé à protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens et des entreprises chinois. Nous exhortons une fois de plus la partie canadienne à prendre au sérieux la position et les préoccupations solennelles de la Chine, à libérer immédiatement Mme Meng Wanzhou et à assurer son retour en toute sécurité en Chine, et à cesser d’emprunter la voie erronée.

Reuters : Selon un reportage du week-end du « South China Morning Post », Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et directeur du bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, a rencontré ou est sur le point de rencontrer le Secrétaire d’État américain Pompeo à Hawaï. Pouvez-vous confirmer si cette rencontre a eu lieu et, si oui, pouvez-vous partager des détails à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine et les États-Unis restent en communication par la voie diplomatique. Si nous avons plus d’informations à offrir, nous les publierons en temps opportun.

Australian Broadcasting Corporation : Première question, ce week-end, le tribunal populaire de seconde instance de Guangzhou a annoncé qu’un trafiquant de drogue australien, Karm Gilespie, avait été condamné à mort. Pourquoi la Chine n’a-t-elle pas fait preuve de transparence dans le prononcé du verdict ? Deuxième question, étant donné que le prononcé du verdict est intervenu au milieu d’une période de tension diplomatique entre l’Australie et la Chine, pourquoi l’Australie ne devrait-elle pas penser que le prononcé du jugement est lié à la récente tension diplomatique entre les deux pays ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, les crimes liés à la drogue sont considérés comme des crimes graves dans le monde entier. La loi chinoise maintient la peine de mort et contrôle strictement son application. La condamnation à mort pour des crimes liés à la drogue extrêmement graves contribuera à dissuader et à prévenir ces crimes. La loi chinoise stipule que tout criminel est égal dans l’application de la loi. L’autorité judiciaire chinoise traite les affaires impliquant des criminels de nationalités différentes conformément à la loi. En l’espèce, le tribunal local de Chine a rendu son verdict lors d’un procès public et avec tous les faits criminels bien établis. La partie chinoise continuera à garantir les droits légaux de la personne impliquée et à faciliter les visites consulaires de la partie australienne conformément aux conventions internationales et à l’accord sur les relations consulaires entre l’Australie et la Chine.

Quant à votre deuxième question, l’autorité judiciaire chinoise traite les affaires en toute indépendance en stricte conformité avec la loi et les procédures juridiques chinoises.

China News Service : Il est dit qu’une séance d’échange d’informations et de consultations se tiendra en ligne pour les PME de Chine et des pays d’Europe centrale et orientale sur la reprise de la production. Pouvez-vous partager quelques détails à ce sujet ?

Zhao Lijian : La visioconférence d’échange d’informations et de consultations entre les PME de Chine et des pays d’Europe centrale et orientale sur la reprise de la production se tiendra le 16 juin. Elle est organisée par le Centre du Ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’Information pour la promotion du développement des PME, la mairie de Cangzhou et la zone de coopération PME Chine-pays d’Europe centrale et orientale (Cangzhou), sous le patronage du secrétariat de la coopération entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale et du mécanisme de coordination des PME des 17 + 1 basé en Croatie. Lors de la visioconférence, sera mise en service une plate-forme de services en ligne pour la coopération entre les PME de Chine et des pays d’Europe centrale et orientale, qui publiera des informations sur les entreprises participantes et donnera l’occasion à quelque 300 entreprises chinoises et étrangères de procéder à des négociations autour de thèmes tels que l’industrie et la fabrication industrielle, le commerce, l’investissement et l’agriculture, le tourisme et les échanges socioculturels, ainsi que la médecine et la santé.

La Chine a obtenu des résultats stratégiques d’importance majeure en matière de prévention et de contrôle de l’épidémie à l’intérieur du pays, et la situation épidémique dans les pays d’Europe centrale et orientale a également été efficacement maîtrisée. Dans ces conditions, l’accélération de la reprise de la production et du développement socio-économique est devenue un objectif commun aux gouvernements de tous les pays. Tant pour la Chine que pour les pays d’Europe centrale et orientale, les PME représentent une source importante pour maintenir la vitalité économique, jouent un rôle principal dans la création d’emplois, et touchent directement à la vie d’innombrables ménages. Sous les impacts de la pandémie, les PME sont désormais confrontées à de nombreux défis et certaines peinent à survivre. Depuis l’épidémie de COVID-19, le gouvernement chinois a pris des mesures actives pour fournir un soutien solide aux PME chinoises en accroissant la demande globale et le soutien financier aux acteurs du marché. Dans le même temps, la Chine est disposée à profiter de la plate-forme de coopération Chine-pays d’Europe centrale et orientale pour renforcer le partage d’informations avec ces pays, créer plus d’opportunités pour la reprise de la production et le développement de la coopération entre les PME des deux parties et minimiser autant que possible l’impact de la pandémie sur les PME des différents pays.

Agence de presse Xinhua : Le groupe d’experts médicaux chinois est rentré en Chine après avoir accompli sa mission en Algérie et au Soudan. Pouvez-vous partager avec nous plus de détails sur son travail dans les deux pays ?

Zhao Lijian : À l’invitation des gouvernements de l’Algérie et du Soudan, le groupe d’experts médicaux chinois, constitué par la Commission nationale de la Santé et composé de 20 membres sélectionnés par le gouvernement de la municipalité de Chongqing et celui de la Région administrative spéciale de Macao, est parti pour l’Algérie le 14 mai et est rentré en Chine à bord d’un vol affrété le 12 juin.

Pendant leur séjour en Algérie et au Soudan, les experts chinois anti-épidémiques ont mené une série d’échanges, de formations, d’études sur place et de discussions de cas concernant le COVID-19 avec des représentants des autorités locales, des experts techniques, des bureaux locaux de l’OMS et des personnels soignants des deux pays, pour partager avec eux les expériences de Chongqing et de Macao et les mesures de prévention, de contrôle et de traitement du COVID-19 sur place. Ils ont également avancé un grand nombre de suggestions techniques.

Les experts chinois se sont rendus dans des hôpitaux, des laboratoires et des instituts de recherche dans les deux pays, ont organisé maintes fois des séances d’échanges techniques et de formation anti-épidémique sur place à 5 400 personnels soignants des deux pays. Les experts ont également offert aux départements de santé des deux pays des documents multilingues sur la prévention et la lutte contre l’épidémie, qui comprennent des suggestions anti-épidémiques, pour les aider à améliorer les mesures de lutte et le renforcement des capacités en matière de diagnostic et de traitement, et renforcer la prévention et le traitement de l’épidémie après la reprise du travail et de la production. Leurs suggestions ont été largement acceptées par les deux pays.

Pendant leur séjour en Algérie et au Soudan, le groupe d’experts chinois, par liaison vidéo, a également procédé à des échanges avec des responsables gouvernementaux et des experts techniques d’Égypte, du Soudan du Sud, du Maroc et de Mauritanie.

Journaliste étranger : Concernant le cas de Karm Gilespie, des opinions en Australie disent qu’en raison du moment de l’annonce de sa condamnation, il est très difficile de séparer le prononcé du verdict des tensions diplomatiques entre la Chine et l’Australie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? En outre, la Chine envisagerait-elle la représentation faite par l’Australie pour commuer la peine de mort du trafiquant de drogue en question ?

Zhao Lijian : J’ai déjà précisé la position du gouvernement chinois.

Conformément à la loi, le tribunal local de Chine a rendu son verdict lors d’un procès public et avec tous les faits criminels bien établis. Les crimes liés à la drogue sont considérés comme des crimes graves dans le monde entier. La condamnation à mort pour des crimes liés à la drogue extrêmement graves contribuera à dissuader et à prévenir ces crimes. Tout le monde est égal devant la loi. L’autorité judiciaire chinoise traite les affaires en toute indépendance, dans le strict respect de la loi et des procédures juridiques chinoises. La partie australienne devrait respecter la souveraineté judiciaire de la Chine.

Beijing Media Network : L’ambassade de Chine au Myanmar a récemment publié des informations sur une « voie rapide » pour les voyages indispensables entre les deux parties. Pouvez-vous nous en dire plus sur cet arrangement ?

Zhao Lijian : La Chine et le Myanmar partagent une frontière de 2 200 km le long de laquelle vivent des habitants des deux pays. Depuis la survenue du COVID-19, les deux parties ont mis en œuvre des mesures de prévention et de contrôle strictes, maintenu une coopération étroite et établi un mécanisme conjoint de prévention et de contrôle entre les provinces frontalières. Cela s’est fait conformément aux résultats de la visite historique du Président Xi Jinping au Myanmar en janvier et au consensus dégagé par les deux Chefs d’État lors de leur entretien téléphonique en mai, tout en tenant compte du fait que les deux pays sont liés par des montagnes et des rivières et que les populations des deux pays maintiennent des contacts fréquents. À présent, aucun cas n’a été importé dans aucun des deux pays.

Sur la base de ces efforts conjoints, les deux parties ont mis en place une « voie rapide » pour faciliter les déplacements indispensables entre les deux parties. Des personnes occupant des postes importants dans les projets de coopération bilatérale sur le pétrole et le gaz, l’électricité et les infrastructures ont repris le travail grâce à ce mécanisme. Cette pratique concrète dans la construction d’une communauté de destin pour les deux pays contribuera à faire avancer le projet de couloir économique sino-myanmarais et le développement socio-économique dans les deux pays.

Reuters : Selon un responsable du CDC municipal de Beijing, le séquençage du génome entier d’échantillons de virus provenant du marché de Xinfadi montre que le virus proviendrait d’Europe. Je comprends que l’OMS demande à la Chine de partager la séquence génétique du virus. La Chine a-t-elle partagé les informations concernées avec l’OMS ?

Zhao Lijian : La Chine et l’OMS entretiennent une communication étroite. Je ne connais pas les spécificités qui vous intéressent et je vous invite à vous renseigner auprès des départements compétents.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]