La
Coopération
fuctueuse
Chine-Mali
  Page d'accueil > A la une
Wuhan enfin déconfiné!
Interview exclusive de S.E.M. ZHU Liying par le journal Les Echos

2020-04-08

1. Excellence, pouvez-vous nous faire brièvement l’historique de Coronavirus en Chine?

Vous avez très bien commencé par poser la question sur l’historique. L’histoire des uns sert de miroir aux autres, dit-on. Surtout à ce jour-même où la ville de Wuhan est enfin déconfiné. Mais cette rétrospective me paraît douloureuse, pour deux raisons.

Premièrement, face à cette nouvelle épidémie qui frappe très fort, la Chine a payé très cher en vie humaine avant même de connaître cet ennemi. Et elle a payé très cher aussi en économie avec l’arrêt total du pays. Vous imaginez, la population tout entière était mise en confinement, ou en quarantaine, pendant un mois et demi. Mais la leçon s’avère payante: tant qu’on n’a ni de remède, ni de vaccin contre un nouveau virus, la meilleure façon de couper sa propagation, c’est de couper la circulation humaine. Savez-vous d’où vient cette expression “mise en quarantaine”? Au 15ème sicèle, quand Venise fut frappée par une épidémie inconnue, l’on installat une nette coupure de circulation humaine pendant 40 jours avant d’arrêter la propagation de l’épidémie.

Bref, début janvier, la Chine a communiqué cette nouvelle épidémie à l’OMS et à tous les autres pays, et a partagé avec eux les séquences du génome du virus. Le 23 janvier, la Chine a mis la ville de Wuhan (10 millions d’habitants) en quarantaine, puis toute la province du Hubei (60 millions d’habitants) en quarantaine. Puis tout le pays a été mis en confinement. Plus de 42,000 médecins du pays entier ont été expédiés dans cette province pour prêter la main forte au combat. Deux grands hôpitaux spécialisés ont été construits en deux semaines à Wuhan. Des palais du sports et des centres d’exposition ont été transformés en 14 “hôpitaux avec cabines mobiles” (autrement dit les hôpitaux de campagne en terme militaire). La ligne directrice du gouvernement est claire: “Il faut sauver la vie à tout prix!”. “Vaut mieux que les lits attendent les patients, que les patients attendent les lits! ” Rien que dans la ville de Wuhan, l’on a aménagé 14,000 lits dans ces 14 hôpitaux de campagne pour accueillir finalement 13,000 patients.

En même temps que la mise en confinement total, le traitement et la recherche scientifique s’avancent vite. Il paraît que la combinaison entre la médecine moderne occidentale et la médecine traditionnelle chinoise donne des effets extrêmement positifs. Selon des statistiques, 90% des patients guéris ont subi cette combinaison de traitement. La Chine a su développé au fur et à mesure les solutions scientifiques contre le Covide-19 déjà en 7 versions, et ces 7 versons, traduites en anglais, ont été instantanément livrées au reste du monde. Aujourd’hui en Italie et dans beaucoup d’autres pays, on s’inspire de plus en plus de ces solutions chinoises pour combattre cette épidémie.

Jusqu’au 6 avril, en Chine on compte au total 81,708 cas confirmés, 77,078 guéris, et 3,331 morts. Depuis début mars, le pays commence à déconfiner, et les activités commencent à reprendre. Depuis fin mars, la province du Hubei (sauf son chef-lieu Wuhan) est déconfinée parce que ça fait 3 semaines consécutives que la province ne compte plus de nouveau cas. Et aujourd’hui le 8 avril Wuhan est déconfiné finalement!

La deuxième raison douleureuse de cette rétrospective, c’est que le monde entier a été averti du danger de cette nouvelle épidémie depuis janvier. Le 23 janvier quand la Chine a décidé de fermer la ville de Wuhan, les américains étaient les premiers à évacuer leur ressortissants à Wuhan, fermer leur consulat à Wuhan, et même fermr leur lignes aériennes avec toute la Chine. Vous voyez, malins comme les américains, ils ont très vite compris la situation, d’autant plus que la Chine leur a communiqué dès le début janvier l’évolution de la situation, et que la Chine a interdit elle-même la sortie de ses ressortissants vers l’étranger. C’était en pleine période du Nouvel An chinois, presque tous les chinois dans le monde étaient rentrés au pays pour passer la fête en famille. Du coup, tous ces gens-là étaient bloqués en Chine. Ce qui a fortement contribué au ralentissement de la propagation de l’épidémie dans le reste du monde. Selon l’expert de l’OMS, Dr Bruce Aylward, ce que la Chine a fait, avec tant d’effort et de sacrifice, a diminué au moins des dizaines de milliers de malades dans le monde. Pourtant deux mois plus tard quand les choses vont très mal aux Etats-Unis, des politiciens de ce pays commencent à lancer une campagne d’accusation contre la Chine pour “ne pas avoir informé deux mois avant les américains”...

Un grand sage chinois, Xun Zi, disait il y a 2000 ans: “Qui se connaît lui-même ne se plaint jamais d’autrui. Qui connaît son destin ne se plaint jamais du Ciel. Qui se plaint d’autrui ne trouvera aucune issue. Qui se plaint du Ciel perdra toute volonté. ”

2. Quelle a été l’attitude du peuple chinois face à cette maladie ?

Avant tout, c’est la discipline. Le peuple chinois est un grand peuple, parce qu’il est discipliné, qu’il considère que l’intérêt collectif prévaut sur l’intérêt individuel. Quand le gouvernement a décidé de confiner tout le monde à la maison, on a compris et on a accepté, malgré tant de difficuluté de la vie quotidienne. Des politiciens occidentaux accusent sans cesse le confinement chinois comme “atteinte à la liberté et aux droits de l’homme”. Mais quand leur gouvernement demande “stay home” (rester à la maison), c’est quoi alors? Soyez honnête, sans hypocrésie. Devant l’épidémie sans précédent, devant la question fondamentale de vivre ou de mourir, toute manipulation politique paraît extrêmement ignoble, parce qu’en fin de compte elle ne respecte pas la vie.

A part la discipline, le peuple chinois a fait preuve de solidarité. Ceci constitue une grande force pour la nation. Quand une région est touchée par la catastrophe, toutes les autres régions viennent au secours. On l’a vu à la province du Sichuan après le grand séisme en 2008. On l’a vu aujourd’hui à la province du Hubei. Sans compter les 42,000 personnels mécidaux arrivés de tout part du pays, d’innombrables bénévoles se sont retrouvés spontanément dans cette province pour aider à distribuer des vivres, évacuer des déchets, et même porter assistance psychologique dans des hôpitaux. Beaucoup de ces bénévoles n’ont à peine 20 ans. Ils disent très fiers d’être utiles quand le pays a besoin. C’est le pratriotisme au sens profond.

Et enfin le peuple chinois garde la confiance totale au parti communiste chinois (PCC) et et au gouvernement chinois, surtout pour s’affronter aux grandes difficultés. Toujours selon des politiciens américains, le peuple chinois est “prêt à se soulever pour renverser le PCC”. Depuis 70 ans qu’ils prétendent ainsi tous les jours, sans jamais se rendre compte de leur stupidité devant la réalité. Chaque pays a sa propre voie et son propre destin. L’histoire et le peuple chinois ont choisi le PCC et le système socialiste chinois. Cette combinaison parfaite a donné la plus grande force au pays. La preuve, c’est que la Chine est devenue la deuxième économie du monde en 70 ans seulement. Imaginez-vous, sans la confiance, la volonté et la participation du peuple tout entier, le PCC peut-il faire tout seul?

3. Votre pays, la Chine a beaucoup aidé d’autres pays comme l’Italie dans la lutte contre cette pandémie, quelles sont les motivations ?

La motivation se trouve dans la philosophie ancienne de la Chine, à savoir “Il faut récompenser la bienveillance d’une goutte d’eau par une source d’eau.” Autrement dit la reconnaissance. Au moment difficile vécu par la Chine, de nombreux pays ont manifesté leur solidarité et leur soutien matiériel vis-à-vis de la Chine. Nous n’oublions jamais qu’en 2008 quand la Chine était frappée par le grand séisme, l’Italie était le premier pays à expédier une équipe de secours professionnelle à Sichuan. A mon avis il est tout à fait normal que la première équipe médicale chinoise est partie pour l’Italie cette fois pour aider les italiens, à la demande des italiens bien entendu.

En Iran aussi. La population souffre déjà d’étranglement des autres pays, faute de médicament en particulier. Doit-on lui fermer les yeux, ou lui apporter secours pour sauver la vie, au lieu de prononcer de jolies paroles?

La Chine a un grand coeur. Ça il faut le bien comprendre. Un pays avec une civilisation cinq fois millénaire, il doit avoir une vision particulière sur l’avenir de l’humanité. Notre motivation est de construire une communauté de destin pour toute l’humanité. Est-ce que vous vous rendez compte que le monde est si globalisé qu’on ne peut pas s’en sortir tout seul devant les problèmes majeurs? Le climat, l’environnement, le terrorisme et l’épidémie...Donc à peine convalescente, la Chine a commencé à aider les autres. Tant que les autres vont mal, la Chine n’ira pas bien non plus. C’est ça notre logique. Aujourd’hui des voix se lèvent dans certains pays accusant la Chine de “mener une diplomatie de masques”. Et alors? Quand l’Italie a besoin de masques, et que la Chine est le plus grand pays producteur de masques, est-ce qu’il faut que la Chine ferme son exportation? Si vous voulez aider les italiens en masques, tant mieux! Faites-le! Faites quelques choses de bien, au lieu de prononcer de jolis discours!

Ce que la Chine préconise, c’est la coopération internationale pour combattre ensemble cette épidémie, sous le commandement des organisations spécialisées des Nations unies, notamment l’OMS. Vous voyez, tant que l’épidémie sévit avec férocité dans le monde entier, l’intérêt de tout le monde, c’est de joindre nos forces en se resserant les rangs. Nous sommes tous sur le même bâteau. Nous devons ramer fort et dans le même sens pour traverser l’orage.

4. Cependant, il y’a de fausses informations sur la Chine concernant le Coronavirus, d’où vient ces fausses informations et pourquoi ?

“L’arbre souhaite le calme, mais le vent ne cesse de l’ébranler.” Ce vent, il vient d’un monde caduque qu’est la guerre froide. Méfiez-vous, même si la guerre froide est finie il y a des décennies, beaucoup de cerveaux vivent toujours là dedans. Dans la diplomatie chinoise, nous voulons avoir de bon rapport avec tout le reste du monde, si ce dernier nous respecte, sans la différence d’idéologie. La nature est faite de diverses couleurs, le monde est fait de divers systèmes politiques. Pourquoi voules-vous la pensée unique? Est-ce la démocratie? La Chine n’a jamais voulu changer quoi que ce soit dans d’autres pays, alors que des pays veulent tout changer chez nous. C’est ça la logique de guerre froide qui vit toujours même en l’ère 2020. C’est ainsi que des fausses informations, des “fake news”, sont créées de toutes pièces pour diaboliser et noircir la Chine.

Sur le Covide-19, c’est une guerre de plus. L’essentiel consiste à l’origine du virus. Des politiciens, quand ils n’arrivent pas à contrôler leur situation, ils jettent la responsabilité aux autres. C’est ainsi qu’il se sont précipités pour prononcer que l’origine se trouve en Chine, alors que des scientifiques font toujours leur travail de recherche sérieuse. Nous entendons l’étiquette malveillante de “virus chinois” prononcée même par les plus hauts responsables d’un pays, contrairement aux exigences de l’OMS de ne pas lier une maladie avec le nom d’un pays. En 2009, quand l’épidémie N1H1 a explosé aux Etats-Unis et a sévi dans le monde entier, le virus n’a jamais été étiquetté avec le nom de son pays d’origine. D’autant plus que des preuves se sont révélées qu’il existaient déjà des cas avérés du coronavirus sur d’autres continents, avant même l’éclatement en Chine en janvier dernier. Même le président du CDC américain lui-même l’a confirmé publiquement. Mais, qu’importe, le vent ne cesse de souffler, toujours plus fort.

5. Le Mali bénéficiera l’expertise chinoise dans cette lutte et comment ?

Il existe 60 ans d’amitié et de coopération entre la Chine et le Mali. A part l’infrastructure, l’éducation et la culture, la santé constitue un volet emblématique de notre coopération. Vous savez, la mission médicale chinoise se trouve au Mali depuis 52 ans, sans interruption. Les médecins chinois sont en train de travailler d’arrache-pieds avec leurs collègues maliens dans la lutte anti-coronavirus.

Pour combattre l’épidémie du coronavirus, la Chine se met bien entendu aux côtés du Mali, comme dans le temps passé pour affronter ensemble d’autres difficultés. L’aide matérielle d’urgence (kits de dépistage, masques, combinaisons de protection, gants, appareils de prise de température...) ne cesse d’arriver en provenance de la Chine. Des sociétés chinoises se sont aussi mobilisées pour contribuer à cette alliance contre l’épidémie, avec la construction des centres d’isolation et d’observation. Tenant compte de l’évolution de la situation, la Chine continuera à apporter son assistance au Mali, notre grand ami traditionnel.

A part cette assistance matérielle, il y a aussi l’échange d’expertise. Déjà nos deux pays ont organisé une visio-conférence, avec des experts chinois et 24 pays africains. Des sites-web professionnels ont été également créés en faveur des experts maliens et africains pour partager les solutions scientifiques chinoises que je viens de mentionnées.

L’ambassade travaille presque quotidiennement avec le ministère de la santé. Vous avez de la chance d’avoir un ministre renommé pour son expérience internationale, et d’avoir des experts comme le professeur Akory. Le gouvernement malien commande bien la guerre, et la Chine, elle, vous accompagne fermement et durablement.

6. Votre mot de la fin ?

Je suis extrêmement heureux d’être en poste au Mali, un pays ami traditionnel avec lequel il existe le respect mutuel avec la Chine. Le courant passe bien entre nos deux peuples. Depuis 60 ans, les deux pays se sont témoignés respect et soutien mutuels à tout temps, malgré toute vissicitude dans le monde. Tout à l’heure l’on a beaucoup parlé des relations internationales. Les relations Chine-Mali, elles constituent à mon avis l’exemple des relations internationales basées sur le respect et l’égalité. Je suis sûr que sur la base de ces relations sincères, nous pouvons tout faire, rapidement avancer, pour vaincre toutes les difficultés, et réaliser toutes les ambitions. Je suis quelqu’un d’optimiste. Les difficultés sont passagères. “Après l’orage, le beau temps.” C’est le beau temps que nous allons garder en tête et travailler là-dessus.

[ RECOMMANDER A ]
  [ IMPRIMER ]